CHATONS utile aux employés du monde capitaliste

#1

[Note de @pyg : ce sujet était préalablement dans le fil COVID-19. Le point étant intéressant mais hors sujet, je l’ai déplacé]

Ces instances c’est super, c’est chouette :slight_smile:
Mais attention à ce qu’elles ne deviennent pas utiles à ces employés du monde capitaliste.

Des instances en appui de l’éducation nationale et de son Accord Microsoft-Éducation nationale : le Libre offre déjà des alternatives ?
Pourquoi l’éducation nationale n’appellent-elles pas son ami, bien-aimé, Microsoft ?

Un idéal serait que ces instances servent à prouver à ces gens de pouvoirs “là-bas au gouvernement” ou dans l’institution “Éducation Nationale” que Microsoft, Google, Amazon etc… ne doivent pas pouvoir acheter, ni même aider nos profs & élèves avec leurs solutions privateuses de bien-commun,


Un Plan de Continuité d’Activité pour les entreprises néo-libérales avec du libre est-il une bonne idée ?
Le PCA, les entreprises et le libre peuvent-ils faire bon ménage ?
Et ben, non ! Ce plan à 3est un mauvais coup.

Pourtant beaucoup affirment (informaticiens y compris) : “mais si les entreprises utilisent le libre, c’est mieux pour le libre”. Foutaises ! :wink:
Imaginons un monde où un virus arrive et où les entreprises voudront avoir un Plan de Continuité d’Activité avec des instances de châtons… et je commencerai à affirmer :

Le monde du libre n’est pas là pour faire le jeu des entreprises néo-libérales et de leurs économies privateuses de bien-commun.

Devons-nous rappeler que le monde capitaliste, ses entreprises profitent déjà très largement des solutions & outils Open-Source, développés par la communauté de la philosophie du libre ?

Apporter aux acteurs libéraux des solutions libres équivaut à leur donner du pain béni.
Ces entreprises capitalistes, privateuses etc :

  • n’ont qu’à continuer à faire partie de leur système,
  • n’ont qu’à respecter leurs propres règles et

donc de payer comme il se doit pour leurs affaires (privateuses de bien-commun).

Oui, clairement, laissons ces acteurs jouer le jeu du néo-libéralisme entre eux.
Je le dis clairement : laissons ces entreprises jouer, entre elles, avec leurs propres règles.

Pourquoi doivent-elles aujourd’hui s’appuyer sur le bon dos de la solidarité, de la collaboration, de l’esprit et de la philosophie du libre ?
(philosophie qui est d’ailleurs en total décalage avec la philosophie du profit et de ces entreprises).

Le Business ne doit pas profiter de l’informatique libre pour assoir encore (toujours un peu plus) leur pouvoir et leur main mise :

  • sur le marché et
  • sur les Hommes et Femmes.

Je le dis clairement et haut : Framasoft, les chatons et les instances de l’informatique libre ne doivent pas :

  • soutenir l’informatique néo-libérale ou
  • servir un système qui broie déjà (depuis des décennies) les solidarités et qui poussent les citoyens vers toujours plus de néo-libéralismes.

L’informatique n’est pas là pour servir les intérêts des puissants mais au contraire rapprocher les peuples et lutter contre la puissance néo-libérale.

Permettons à l’informatique libre de rayonner pour ses bienfaits sociétaux mais ne permettons pas qu’elle serve des intérêts privateurs.

À bon entendeur.

Bien librement,
tribu

1 Like
COVID-19 Plan de Continuité d'Activité
#2

Vu et lu chez Framasoft :

#3

Heuu… Sans vouloir paraître rabat-joie, je pense que ce texte devrait être dans un autre thread non !? Il ne traite pas vraiment du Covid19 :wink:

#4

D’accord avec @dadel. Par ailleurs, soupçonner le collectif CHATONS d’être pro-capitaliste et de ne pas avoir de vision politique, c’est à tout le moins, ne pas avoir lu notre charte (notamment la partie “S comme Solidaires”) ni la première phrase du Manifeste (dont la référence à un autre manifeste, pour quiconque à un minimum de culture politique, pose les bases il me semble).

Bref, je déplace pour discuter de cela (alors que c’est déjà tranché en fait), plutôt que d’être hors sujet dans ce fil.

#5

Je souhaite et veux que le collectif CHATONS ne vienne pas à fournir ou aider des entreprises néo-libérales “dans le besoinsous prétexte de crise sanitaire.
D’où l’attention apportée.

Il est (malheureusement) très facile, et court-termiste, de vouloir (devoir) faire des concessions (toujours dans le même sens d’ailleurs) pour soit-disant aider, pour apporter solidarité, pour que la situation soit “moins pire qu’elle ne l’est déjà” ou autre cas dit de force majeure.
Cette attitude est très commune dans un grand (?) pays tel que la France.

Si demain, on nous / vous dit : “il faut aider les entreprises sinon le modèle économique s’écroulera et ce sont la vie de millions de personnes qui seront directement impactées…” beaucoup de personnes se résignent alors (à tort) et préfèrent apporter de la “pseudo-solidarité”.

Ces moments de crise sont, en général, justement des opportunités, pour les citoyens consciencieux et les autres (?), pour faire valoir un ou d’autres modèles… et “participer à l’effort commun” (tels que nous le disent les politiques et hommes de pouvoirs) n’est certainement pas d’essayer de ramasser pour eux les pots cassés, c’est-à-dire que ce n’est certainement pas de suivre les recommandations des politiques / médias / hommes de pouvoirs…
bien au contraire c’est continuer à développer les alternatives humaines loin des “beaux” discours “humanistes ou de solidarité” des pouvoirs.

Vive l’émancipation :slight_smile:

#6

soupçonner le collectif CHATONS d’être pro-capitaliste et de ne pas avoir de vision politique

Je n’ai pas l’impression que le message initial allait aussi loin.

C’est plutôt du style: on fournis des communs et ils servent sans (ou avec peu) de contreparties à une vision de la société qui n’est pas compatible les valeur que partages une grand partie d’entre nous. Sans être à fond anticapitaliste, juste rappeler que ce système génère peu de libre pour les personnes utilisatrices finales.

#7

Là où on peut mitiger ce problème (qui est présent forcément avec des communs en libre accès) c’est en incisant pour promouvoir les modèles économiques plus sains de ces communs.

Un petit exemple est cette liste des instances de logiciels de partage de fichier temporaires ou le lien de financement est mis en avant:

https://wiki.chatons.org/doku.php/playground:brouillons:partage-temporaire-fichiers

#8

Pour l’éducation +1 pour le message pour les inciter à faire pression sur leur ministère pour leur fournir des outils libres.

D’un autre côté, il est urgent d’empêcher les profs, élèves, personnel administratif de ne pas migrer sur des solution non libre et non respectables car cela pas encore plus reformer leur suprématie.

Je penche quand même pour y aller à font pour montrer ce qu’on a en libre et avant la plus grosse capacité d’hébergement possible. Tout en incisant sur assurer viabilité économique de tout ça. (changement de culture pour qu’on payer les choses même en accès libre)

#9

Oui et tu as raison.
Mais si on leur montrait un peu ce petit supplément d’âme ?
Une sorte d’horizon ? … libre ? … de biens communs ?

Après oui ils nous boufferont mais peut être … qui sait ? ils … réfléchiront … aussi.
En tout cas si on peu aider les gamins et des profs qui 's’arrachent la gueule à faire du libre, certes sabotés par leurs décisionnaires (kapos de services) … alors moi je les aide. Pas les “capitalistes” (le mot reste vaste de nos jours en plus … ) mais pas mal de profs : oui.

Moi les CHATONS c’est mon dernier coup d’épée en white hat (et cela me prends bcp de temps) … le dernier et suivant , si il a lieu, serra contre les GAFAMS : on peut leur faire très mal si on joue collectif.