Chrome siphonne mes données et je m'en fou

Bonjour tout le monde :slight_smile:
Je me permets de poster ce message suite à une discussion que j’ai eu hier soir avec un membre de ma famille au sujet de Firefox VS Chrome.

Voici une copie (mot pour mot) de la brève discussion :

Lui : Tu utilises quoi comme navigateur toi?
Moi : Firefox.
Lui : Je vais utiliser Chrome, pour voir un peu si c’est mieux ou pas.
Moi : Tu as des benchmark sur le net. Après Chrome siphonne tes données.
Lui : Alors certes mais en soit je m’en fou mdr.

J’aurais pu lui conseiller Chromium, mais il lui manque des fonctionnalités intéressantes telles que le lecteur PDF intégré, les MAJ automatiques …etc.

Je n’ai absolument pas su quoi répondre et comment répondre et c’est pour ça que je me tourne vers vous.

Je sais que si je lui avais conseillé des ressources trop longues à lire ou à regarder il ne les auraient pas consultées.
Je peux tout à fait comprendre ce type de “comportement” : pourquoi est-ce que je passerai un certain temps à regarder ou lire quelque chose qui va à l’encontre de mes propres opinions ?

Auriez-vous des ressources à me conseiller qui soient très didactiques, visuelles et courtes que je puisse conseiller aux personnes qui me tiennent ce type de discours ?

Bonne journée :smiley:

1 Like

Oui, c’est un genre de situation courante.
L’éveil des consciences c’est pas évident.
Je cherche aussi des ressources didactiques , courtes, non-visuelles.

Il semble que nous avons besoins (assistance) d’artistes … pour la communication didactique

1 Like

Spontanément, j’aurais beaucoup de ressources à te proposer simple, didactique. Mais elles ne sont pas compliant avec ce forum.
Du coup, ce podcast.
https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/la-silicon-valley-le-nouveau-centre-du-pouvoir-mondial
Ça s’écoute : 33 minutes quand même. Pour autant, il n’y a rien dans cette interview qui te permet de faire le lien entre exploitation de tes données et le navigateur Chrome. Utiliser Chromium ne change rien à cela. Je suis certain qu’Alexis Kauffman utilise Chromium dans son lycée avec sa distribution linux préféré. Je parie également que l’administration et le déploiement des postes de travail dans ce lycée est réalisé par un·e community manager qui n’a quasi aucune compétence adminsys, mais qui sait utiliser une google suits for education.

https://twitter.com/framaka/status/1314523174705471488

Mais arriver à expliquer le lien entre l’omnipotence de Google et Chrome ou android n’a rien d’évident. C’est un métier, ça demande des compétences, de l’ingiéniérie péda (que je n’ai pas). Mais aussi de partir des bonnes hypothèses.
Je ne pense pas que les lock-in syndroms des gafams s’expliquent nécessairement par l’utilisation des données très fantasmées d’Alexis Kauffman ou du membre de la famille de @Nexus75. Il y a une nuance de l’épaisseur du trait. Mais qui est, de mon point de vue, essentielle. Non?

Mes deux grammes de C02 d’excuses! :upside_down_face:

Depuis quelques années, j’évite d’être trop évangéliste dans ma famille. Je laisse venir et depuis que je fais ça, je m’aperçois que les choses changent (un peu). Évidemment, certaines personnes n’évoluent pas sur cette question, probablement qu’elles ne souhaitent pas vraiment découvrir un nouveau problème.

Sinon, face à une personne qui m’explique qu’elle s’en fou à titre personnel, j’explique que la problématique n’est pas à considérer à l’échelle individuelle mais bien à l’échelle collective et également qu’une donnée laissée aujourd’hui peut avoir une toute autre importance plus tard ou ailleurs.

Mais aujourd’hui, il y a déjà pas mal de choses à faire avec les personnes qui commencent à s’ouvrir sur ces sujets. C’est pas forcément efficace de perdre du temps avec des personnes qui ne veulent pas voir le problème OU qui ont d’autres préoccupations plus immédiates. Sur ce plan le parallèle avec le réchauffement climatique, la problématique énergétique ou la biodiversité est assez facile à faire.

5 Likes

Je pense que le souci est que de plus en plus de personnes ont conscience de cela mais préférent tout de même ces outils malgré “le cout” de leur gratuité.

1 Like

Même constat pour moi : de nombreuses personnes, alors qu’elles sont conscientes du problème de l’utilisation massive de leurs données, ne changent rien à leurs pratiques numériques. Pour être passée par là il y a quelques années, il faut accepter qu’il y a un temps long entre prendre conscience d’un problème et changer ses habitudes pour faire face à ce problème.

Je ne crois pas que des ressources explicitant pourquoi les services des gafams sont un problème puissent résoudre cette situation (le fameux “je m’en fous”). Il me semble que ce “je m’en fous” veut juste dire “oui, je sais, mais tu vois pour le moment, je n’ai pas l’énergie de me lancer dans un changement de mes habitudes numériques : ça va me prendre du temps (trouver une alternative et s’assurer qu’elle correspond à mes besoins) et me mettre dans une situation d’inconfort (je ne maîtrise plus l’outil pendant un certain temps)”.

Ma réponse serait donc très ouverte : “ok, pas de souci, c’est ton choix d’utiliser tel ou tel outil si tu es conscient que ce n’est pas le plus pertinent. N’hésites pas à revenir vers moi le jour où tu as envie de changer tes habitudes numériques : j’aurai sûrement quelques conseils et explications à te fournir.” Je n’insisterai pas spécialement en fait. Et en tout cas, j’essaierai de ne pas être “jugeante” vis à vis de cette personne mais de lui montrer ma disponibilité et mes connaissances sur le sujet. A elle de s’en emparer si elle est prête à cela. Et très souvent, je m’aperçois que le fait de ne pas insister accélère la prise de conscience et rend possible le changement.

8 Likes

Certes, mais passer de Chrome à Firefox est quand même quelque chose de très transparent vue l’utilisation des navigateurs faite par la majorité des gens qui est quand même des plus basique.
Je suis sûr que pour beaucoup ils ne le remarqueraient même pas.

2 Likes

J’aimerais avoir la même sagesse que toi, je note ta phrase pour la réutiliser plus tard :smiley:

Je suis tout à fait d’accord. Très franchement, et c’est peut être par ce que je ne suis pas assez informé sur le sujet, je n’ai pas d’exemple à donner lorsque quelqu’un me demande de lui citer un lien entre un fait clairement perceptible et négatif sur son quotidien et l’utilisation d’un des services/logiciels des GAFAM.

Effectivement. Mais qu’est-ce-que c’est pratique d’avoir tout l’univers Google au sein de son navigateur !
On s’identifie une fois, et tous les services deviennent accessibles. Sans aucun effort, tout se synchronise avec tous nos appareils, onglets, historiques, marque-pages, plus besoin de s’identifier …etc. On peut le faire avec Firefox également, mais ce n’est pas automatique et puis il faut se créer un autre compte.

Attention, je me fais l’avocat du diable en distant ça hein :wink:

Tout ça pour dire que je pense qu’il y a plusieurs “niveaux” de sensibilisation-connaissance à ce type d’enjeux et que le discours, sans faire d’évangélisme, doit s’adapter à chacun d’entre eux.

La personne qui se pose quelques questions à ce sujet, qui suit les actualités, sera peut-être plus encline à faire un petit effort pour faire la transition de Chrome à Firefox par exemple.
Mais pas sûr que celle qui n’a aucune idée des enjeux qui se cachent derrière l’utilisation de tel ou tel service le fasse.
Pourquoi fournir un effort supplémentaire alors que ce que j’utilise aujourd’hui me convient parfaitement ?

D’où l’idée de départ, ma recherche de petites vidéos ou articles, courts,simples, visuels, afin d’initier les personnes ne se doutant pas de ce qui se trame derrière leurs navigateurs, téléphones, enceintes connectées …etc. et qui, de prime abord, n’ont pas vraiment envie de le savoir :slight_smile:

Comme @stephane, je n’ai malheureusement pas toutes les compétences requises pour mener à bien un tel projet si il n’en existe déjà pas.

En tout cas merci pour tous vos retours enrichissants :smiley:

Quelques exemples:

  • le temps passé sur les réseaux sociaux (de tout type) est directement lié aux dark pattern sur ces sites (scroll infinie, lecture automatique par défaut, like…). Et ça pour le coup je pense que peu de personnes peuvent dire “non ça ne m’arrive jamais”! C’est fortement renforcé par la personnalisation des contenus. On peut aussi parler de bulle de filtre et de difficulté, du coup, à obtenir une info fiable.
  • les détenteurs de RSA (ou les riches) qui se font contrôlé via leurs réseaux sociaux par les administrations (ou simplement géolocalisé via leur IP)
  • les ados LGBT ou les femmes enceintes qui se font “outés” par la personnalisation des contenus (souvent liée à l’IP partagée au sein d’un même logement)
  • l’agencement des magasins qui est fait exprès pour nous faire acheter le max, et qui est basé sur l’ensemble des données collectées (panier d’achat, mouvement dans le magasin)
  • les données qui ont fuitées et qui se trouvent sur le marché noir et alimentent des arnaques en tout genre
  • plus collectivement, les expérimentations de facebook sur la lutte contre l’abstention menace le concept de vote démocratique (et notamment les résultats annoncés en 2012 sur facebook research +3% de votants sur le panel d’1 millions d’américains tests juste en changeant l’algo de priorisation du mur facebook…)
  • le fait que la quasi totalité des partis envoient des messages ciblés complètement différents selon les profils qu’ils réussissent à obtenir (cf NationBuilder)

Le MOOC CHATONS regroupe un certains nombre de ces exemples. J’avoue que j’ai la flemme de sourcer les autres (mais j’ai déjà vérifier ça plusieurs fois).

Au risque de me répéter, il faut insister sur le fait que le problème est avant tout collectif, du coup vouloir absolument trouver un exemple perceptible qui influe sur le quotidien de telle ou telle personne n’est pas forcément la meilleure stratégie.

Et puis si on va dans la partie immergé de l’iceberg, comment être sûr qu’une assurance n’utilise pas les données de facebook (qui a des brevets en ce sens) pour refuser ou clore des contrats. Idem pour les prêts et les banques. Comment par ailleurs être sûre que ce ne sera pas le cas plus tard ? Quid du concept de crédit social, est-ce que ça n’arrivera jamais en Europe?

En 2006, lorsque les caméras de surveillance se sont installées, on n’envisageait pas vraiment sérieusement les drones, les boites noires, les caméras sur les policiers, la reconnaissances faciales ou de comportements. La quasi totalité des gens ne savaient pas définir ce qu’est une meta-données, comment dés lors avoir un débat correct sur ces questions?

Le soucis de fond avec tout ça, c’est qu’en général la surveillance peut facilement se promouvoir à l’aide d’émotions ou de mécanismes simples (la peur, le manque de temps), là où avoir des pratiques sans surveillances nécessitent du temps, des pré-requis numériques, de l’argumentation, etc.

3 Likes

Ok dac. Mais j’ai le sentiment que je pourrais rajouter un autre scroll infini d’exemples tout aussi éclairants que les tiens. Est-ce qu’on peut convenir d’une chose. «Les intervenant·es de cette discussion ont à peu près la même conscience du sujet?»

Ok dac, le problème est collectif. Pour autant, il y a une forte dépendances entre nos habitudes individuelles de consommateurs|trices et le «problème collectif» dont nous causons. Il ne me parait pas idiot de rattacher des habitus individuels à une problématique collective. Arriver à faire cela demande de l’expertise, une culture populaire la plus large possible, et une certaine éthique.

Comme je sais pas faire ça et qu’yakafokon, je vous soumets un cas d’école à étudier, pourquoi pas, ensemble :

«Quel lien entre black fryday et noel et le fait que les données scolaires de votre enfant en cp-ce1 se retrouvent sur le cloud computing d’amazon?»

J’ai un peu de documentation sur le sujet pour ne pas commencer de zéro. Ça vous tente?

Pas si sûr. Je veux dire que j’ai déjà remarqué chez ARN que parfois je pré-supposais que les bénévoles étaient au courant de tel ou tel choses et au final non. A l’inverse, hier encore j’ai appris une chose que j’ignorais sur les permissions smartphone. Il y a un MOOC Chatons et à mon sens il s’adresse aussi (surtout?) aux personnes qui font vivre les CHATONS. En l’occurrence, Nexus demande explicitement des exemples qui peuvent permettre de convaincre/persuader un ou une “moldu” en faisant un lien entre elle et son utilisation de services privateurs de liberté.

@Nexus75 Sinon, tu peux parler d’idéal de société, et du fait qu’en consommant les services des GAFAM, bah tu contribues à leur succès, à leur hégémonie, et en rien à la société (pas besoin d’aller loin pour en conclure que c’est même contre-productif).
Ces sociétés sont aussi les champions de l’évasion fiscale, donc ne pas non plus se leurrer là-dessus, il n’y a rien qui retombe dans les caisses de l’état quand tu vends tes données aux GAFAM. De là à parler de séparatisme… je trolle là :smiling_imp: .

Enfin, des attaques directes contre la neutralité du Net (Facebook en Inde, avec campagne de pub à grand renfort de millions venant de cette manne que sont les données utilisateurs), ou une mauvaise modération de ces plate-formes pour ne pas freiner leur adoption / profit (tiens, encore Facebook, en Birmanie cette fois, avec des appels à la haine et au meurtre), ou encore de la collaboration avec des régimes autoritaires (Dragonfly en Chine - projet Google).

Enfin bref, qu’il aille lire les pages Wikipedia de chaque GAFAM, c’est affligeant et à portée de clic. Si après tout ça il s’en fou toujours, bah ma foi c’est pas grave, vous pourrez toujours parler bowling :bowling:.

Il y a un lien assez parlant à faire concernant les réseaux sociaux GAFAM et “soi-même” (ça ne répond pas au souci de Chrome mais c’est une accroche pour le reste).

La question est simple et assez amusante à poser en groupe : qui a voté quoi aux dernières élections présidentielles (prenez quelques années de décalages, ça ne marche pas si c’est “à chaud”) ? Au premier et au second tour ? Et qui a la télé ? Facebook ? Twitter ? L’un, l’autre, plusieurs, ou aucun ? C’est un exemple de manipulation assez facile à mettre en lumière. Il y a peut-être un petit biais de base (celles et ceux qui se passent de télé et de GAFAM ont tendance à être orientés à gauche, voir au delà de la limite gauche…), pourtant il est aussi assez facile de se rendre compte, après un ou deux ans, qu’on s’est “emballé” lors de ce vote de façon un peu irrationnelle (ou pas, mais c’est rare !). Et maintenant, parce que les sources sont variées, demandez à divers moteurs de recherche (pour casser la bulle) “manipulation élection facebook”. J’évite ainsi de “promouvoir une étude de gauchos” ou “un journal de facho”, parce que la recherche sur les moteurs de recherche donne des sources assez variées mais qui s’accordent à montrer que Facebook sait très bien intervenir et manipuler sur un scrutin soi-disant démocratique, en évitant que nous ayons accès à certaines opinions et en nous exposant à d’autres.

Ensuite, essayez de soutenir le fait que le vote fait il y a quelques années, auquel vous avez participé (d’une façon ou d’une autre, y compris peut-être en faisant le choix de ne pas voter), n’a pas été influencé par ces manipulations. Sauf, bien sûr, si vous n’avez pas la télé ni les médias sociaux… dans ce cas le seul biais a été votre entourage et potentiellement un peu de sens critique :wink:

Cet exemple a ceci d’intéressant que l’idée de démocratie reste une valeur forte pour pas mal de gens, ainsi que le concept de libre arbitre : ça laisse peu de gens indifférents. Et c’est un bon point de départ pour expliquer les bulles de filtre : “ho, tu as vu, on a cherché sur ton Chrome sur Google et tu étais connecté, et on a eu quasi que des résultats de tel mouvance politique ; alors que Qwant ou Duckduckgo nous ont aussi servi des trucs d’autres parti en première page. Donc Google sais que tu vote plutôt ceci, et t’encourage à rester dans cette opinion sans te montrer autre chose : ce n’est plus un choix, tu n’as plus qu’un point de vue non contradictoire”.

Ça peut faire des soirées assez trollesques, mais ça a tendance à parler aux gens :wink:

2 Likes

Je me permet une suggestion: se débarasser des expressions «MrMme Michut» et «Moldu», ce serait vraiment bien également.

1 Like

Je ne tente plus de convaincre grand monde dernièrement, mais les métaphores marchent bien pour éviter de noyer la personne dans des concepts flous. On a le CHATONS = AMAP, je pense que “Délocalisation en Chine” = “Données au USA” fonctionne bien aussi. Au début tout le monde a dit “wahou c’est super ça nous coûte 10 fois moins !” et après on a droit à de la copie de brevets, perte de d’autonomie nationale, les conséquences sur l’économie du pays, la polution, etc.

1 Like

Bonjour,

Cette émission qui parle des trackers sous Android et d’Exodus Privacy est très bien. Elle est clair et facilement compréhensible pour le grand public.
Elle explique bien comment sont justement siphonnées les données depuis les téléphones, dans quel but, à quoi servent les permissions accordées aux applis…

Salut,

J’arrive un peu après la guerre, mais avec quelques ressources non citées.

  • le documentaire “derrière nos écrans de fumée” diffusé sur Netflix. Oui je sais, Netflix, mais ce documentaire à l’avantage d’être très pédagogique, notamment sur l’addiction créée par les réseaux sociaux.
  • les articles de la FSF, un peu longs, mais qui éclairent sur le pouvoir que crées les logiciels propriétaires: https://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html
  • une serie de très cours articles que je rédige pour fixer mes idées et les transmettre aux personnes moins techniques: https://blog.flap.cloud

J’ai aussi beaucoup aimer la réponse d’Angie:

Je rajouterai que cette personne, qui se moque d’utiliser certains outils, utilise probablement son énergie pour d’autres problèmes dont on se moque nous, même qu’elle poste sûrement la même question sur les forums de sa communauté. Chacun son combat, à nous d’être là lorsque ils se posent la question afin de leur assurer une transition en douceur :slight_smile:.

4 Likes

effectivement, émission fort claire dans l’esprit Inter (qui fait par ailleurs la promo de leurs podcasts écoutables sur alexa…:partying_face:)

Mais petite omission : Android était du ‘Libre’ avant de devenir ‘open source’ avec son rachat par google, en 2005.
Et grosse omission : aucune mention n’est faite de la possibilité de remplacer l’OS d’usine par des alternatives dégooglisées comme LineageOS, Replicant, SailfishOS…

Testé illico à son lancement, Exodus Privacy n’avait rien filtré de croustillant sur mon samsung S4 + LineageOS 19… :star_struck:

Comme toi, ma déception dans cette émission est l’oubli de parler d’alternative comme LineageOS, /e/, GrapheneOS…

Il me semble qu’Exodus Privacy ne fonctionne que si on utilise le Google{Store,Play}, or sous LineageOS, il n’est pas présent par défaut, c’est pourquoi tu n’as rien remarqué de particulier. C’est l’une des deux raisons pour laquelle je n’ai pas installé cette appli, l’autre est que celles que j’installe vienne de F-Droid.

Exodus Privacy s’installe bien depuis F-Droid, et sans soucis particulier sur /e/ notamment.