En fait, mes données personnelles je m’en foot!

Je tiens à vous prévenir tout de suite : je ne suis pas un amateur de foot, je n’y connais pas grand chose mais j’avoue volontiers qu’il est parfois plaisant de regarder un match de l’équipe de France lors de grands événements comme peuvent l’être la Coupe d’Europe ou la Coupe du Monde.

Alors vous me direz : quel est la rapport avec le titre ?

Eh bien tout simplement l’argent et Dieu sait que le foot n’en manque pas : D’après mes calculs j’aurais dû commencer à travailler à l’Antiquité, un peu avant la chute de l’Empire romain, pour amasser autant d’argent qu’un grand joueur de foot, c’est pour vous dire que la marche est haute !Mais tout cela reste bien ridicule par rapport à la puissance des GAFAM comme de tous les autres géants du numérique d’ailleurs…

Cela ne vous aura pas échappé mais Netflix (un petit géant parmi les grands géants) s’est emparé d’une bonne partie des droits de retransmission de la Ligue 1 de foot français pour la saison prochaine, laissant peau de chagrin à Canal+ qui d’ailleurs a jeté l’éponge si j’ai bien compris… Cela ne vous aura pas échappé non plus que Netflix n’existerait pas sans Amazon (AWS) qui dispose des seules infrastructures mondiales permettant à Netflix de fonctionner et de diffuser ses contenus dans tous les pays du monde à l’exception de la Chine, de la Syrie et de la péninsule de Crimée. D’ailleurs, en parlant d’Amazon ils se sont emparés tout récemment de la célèbre Metro-Goldwyn-Mayer – vous savez, le lion qui rugit - pour la coquette somme de 8,45 milliards de dollars américains !

Ces chiffres nous donnent le tournis et, à titre de comparaison, si les GAFAM (uniquement ces cinq là) représentaient la taille d’une page A4 alors les trois plus grands groupes français (Total, Carrefour et Renault) représenteraient la taille d’un timbre-poste (Comparaison des valeurs en capitalisation boursière).

Bizarrement la presse française n’a pas beaucoup réagi suite au rachat des droits de diffusion de la ligue 1 de football par Amazon et ce même si pour voir du foot il faudra désormais disposer d’une télé connectée et d’un accès Internet avec une bande passante certaine. Moi qui habite la grande campagne, je connais bon nombre de personnes âgées, qui aiment le foot et qui ne disposeront pas de ces « technologies » dans les prochains mois. Il faudra attendre encore une ou deux décennies pour balayer ce fossé technico-générationnel.

Les GAFAM et autres géants du numérique se goinfrent, rachètent tout ce qui bouge, ne se refusent désormais plus rien et se permettent même d’être au dessus de certaines lois, ils ont désormais la puissance de faire trembler un état tout entier.

billet

A l’heure où notre discours, lié à la protection de nos données personnelles et à la sauvegarde de nos libertés, a encore du mal à passer tellement les gens sont fatalistes et le plus souvent addicts aux services fournis par ces géants, le plus grand danger réside désormais dans la puissance financière de ces géants, puissance capable de faire plier des états, d’influencer des élections bref, de mener le Monde à la baguette. Le moindre Euro donné à ces géants du numérique est un Euro de trop ! Certes, cela fait longtemps que l’argent domine le monde mais la cote d’alerte est largement dépassée et je ne vois pas bien, aujourd’hui, comment l’Europe pourrait barrer rapidement la route à ces monstres américains du numérique.

On parle souvent des GAFAM mais ces cinq là ne jouent pas tout seuls et d’autres tirent la ficelle comme par exemple le fond de pension américain nommé The Vanguard Group qui est tout simplement le 1er actionnaire d’Alphabet (détient Google), le 1er actionnaire d’Apple, le 1er actionnaire d’Amazon, le 1er actionnaire de Facebook, le 1er actionnaire de Cogent (opérateur Telecoms/Internet), le 1er actionnaire d’Equinix (Datacenters), le 1er actionnaire de Digital Realty (Datacenters, détient Interxion), le 1er actionnaire de Mosanto, le 1er actionnaire de Goldman Sachs, … Quant à l’Empire du Milieu, Alibaba Group s’immisce dans nos vies petit à petit (vous n’avez pas échappé au matraquage de pubs Aliexpress sur les chaînes de la TNT ces dernières semaines) en espérant que les américains leur laissent un bout de l’Europe à croquer.

Dans vos prochaines interventions auprès du Grand Public, n’oubliez pas de parler de cette monstruosité financière en plus du discours habituel, et tout aussi percutant, liés au pillage de nos données personnelles et à la privation grandissante de nos libertés.


Crédits
Les illustrations de ce billet ont été réalisées grâce au générateur de Gektionerd. Le Geektionnerd et l’intégralité de son contenu (images et textes) sont l’oeuvre de Simon « Gee » Giraudot et diffusés sous licence Creative Commons By-Sa. Découvrez le Geektionnerd sur http://geektionnerd.net/ et en album. Gégé est une adaptation de Comic Gen de Chamb réalisée par Cyrille Largillier pour Framasoft.

5 Likes

Euhhh, en fait ce n’est pas Netflix qui a repris une bonne partie des droits de diffusion de la Ligue 1 de Foot française mais bien Amazon… Au final c’est pareil…Mais mea culpa quand même pour la confusion et la boulette !

1 Like

Bah, c’est pas grave si tu t’es emmêlé dans la confusion.

J’ai entendu ce matin que fb avait franchi ce cap si symbolique dans l’idéologie capitalistique.
J’ai retrouvé cette photo. Elle est prise en terrasse et à Jaujac :smiley: Mais en aout 2018. Rigolo non?

Il y a plein de façon d’aborder la critique du capitalisme et en particulier la critique des bigtech gafam ou batx. Cependant cela nécessite une approche multidisciplinaire dans l’anthropologie du numérique. Et surtout de se sortir de quelques chausses-trappes bien ancrées dans ce qui fait société. En particulier dans le domaine de l’éducation, de l’éducation aux médias.
Malheureusement, dans ce domaine là, les postures idéologiques oblitèrent toute forme de critique. Comme me disait une personne que je pensais être une amie. «Les gafams ont gagné, il ne sert à rien de s’y opposer».

Hello @stephane

Les gafams ont gagné…effectivement beaucoup d’argent !

Mais, de temps en temps, il y des petits signes qui me font penser que nous ne sommes pas seuls…

J’agis au sein d’une MJC depuis quelques mois (j’ai intégré le CA) et, dans mes objectifs il y en a un qui consiste à dégoogliser l’organisation qui s’appuie à quasiment 100% sur les outils Google et autres Facebook, le « combat » va être long…

Mais, pas plus tard que cette semaine, il y a eu un événement intéressant, je m’explique : Comme chaque année, la MJC recherche des volontaires européens en service civique et diffuse donc des annonces vers tous les pays européens. Ces annonces contiennent, entre autre, un Google Form afin de recueillir des renseignements sur les motivations des futurs volontaires. Eh bien figure-toi que l’on a reçu une volée de bois vert de la part des organisations allemandes dans le sens où elles s’insurgeait du fait de l’utilisation d’un outil Google pour recueillir des informations plus que personnelles.

Il faut donc continuer à faire ce que nous faisons, avec nos petits bras car on s’aperçoit bien que si, au sein d’une communauté, une personne est contre alors elle peut amener les autres à réfléchir sur le bien fondé de l’utilisation de ces outils (Gafam et autres).

Au, final, le Google Form s’est transformé en un simple formulaire PDF que le candidat enverra personnellement à la personne chargée du recrutement.

Voili voilou !