Lettre ouverte appelant à dissoudre le comité directeur de la FSF

Bonjour,

Suite au retour de Richard Stallman dans le comité directeur de la Free Software Foundation il y a quelques jours, une lettre ouverte a été rédigée pour demander le retrait de RMS de la direction de tous les projets dans lesquels il est impliqué et le renouvellement complet du comité directeur de la FSF, qui lui a permis de reprendre ce statut.

La lettre accepte des signataires, un mail ou une pull request suffit.

~ Neil

2 Likes

C’est un sujet très polémique et j’ai pu lire, dans d’autres contextes que ce forum, des écrits d’une rare violence. Que ce soit des soutiens de RMS ou de ses détracteurs. Pour éviter de tomber dans ce travers, je propose que nous soyons collectivement attentifs. De mon coté je relis la page wikipedia sur la communication non violente pour me mettre dans le bain :slight_smile:

9 Likes

Merci de ce rappel :slight_smile:
J’ai conscience que le sujet divise, et nous ne sommes pas obligé·es d’être d’accord ! Il me semblait toutefois important de signaler l’existence de ce débat en cours, la FSF faisant partie de cette « constellation » de structures avec lesquelles nous avançons ensemble.

Par ailleurs, une autre lettre ouverte a été publiée à la suite de la publication de cette lettre, qui transmet le message inverse : https://rms-support-letter.github.io/

Pour les membres du collectif qui souhaitent réagir, une discussion ouverte à ce sujet ne vaut peut-être pas votre temps et votre énergie bénévole, qui pourrait être bien plus utile dans d’autres domaines. Je vous invite à vous poser la question avant de réagir.

~ Neil

EDIT: La Free Software Foundation Europe vient de publier un billet à ce sujet. https://fsfe.org/news/2021/news-20210324-01.html

5 Likes

Je suis en train de faire un article perso sur le sujet, mais je pensais plutôt poser une autre question : quel avenir veut-on pour le libre ?
Genre, ne pourrions-nous pas avoir d’autres personnes comme grandes figures du mouvements ? Des femmes ? Des transgenres ? Etc, etc.

C’est encore en cours d’écriture et je suis en train de réfléchir à la forme et au fond, mais ça me semble être une bonne question à développer :slight_smile:

4 Likes

@linuxmario de mon côté, je ne souhaite pas rentrer dans la polémique ou le bashing, mais plus réaffirmer mes valeurs et ce que je soutiens https://arpinux.org/home/article106/positive-space :wink:
peut-être le plus bienveillant est d’ouvrir la porte à celles et ceux qui ont besoin. déporter le débat sur ce qu’on peut faire de bien plutôt que sur ce que les autres ont fait de mal (même si c’est grave tentant de sauter sur les auteurs de quelques propos révoltants de mon point de vue).

pas facile de parler de ce genre de chose ou de « prendre parti ». mais le silence est pire.
si les victimes de comportements inappropriés ne sentent pas qu’ils ou elles vont être écouté.e.s, le silence ne se brisera pas. il faut, je pense, ouvrir le champ des possibles en matière de témoignages et de soutien afin que les victimes n’hésites plus à parler ouvertement ou en privé… mais parler, quelle que soit la position de la personne incriminée.

3 Likes

De mon expérience à Colibris (et qui trouve écho ici et ailleurs), c’est toujours à double tranchant d’avoir une personne qui incarne un mouvement: ça aide à communiquer/diffuser les idées plus efficacement, mais souvent, toutes les merdes et pensées de merde de la personne finissent par pourrir la cause défendue…

Personnellement, je ne suis pas convaincu qu’il faille remplacer le leader par un.e nouveau.lle leader représentant plus de diversité ou autre critère, cela ne garantie pas que cette personne ne sera pas toxique a un moment donné.

Après tu as mis un pluriel pour figures du mouvement, c’est en effet une meilleure piste amha!

2 Likes

:100: J’ai aussi du mal avec le constat que des femmes et hommes exceptionnels prennent autant de place, au détriment d’une intelligence collective moins personnalisée. J’aime particulièrement ce qu’a fait #MaVoix en présentant des candidats tirés au hasard aux dernières élections législatives. Mais la politique n’est pas le seul contexte dans lequel je voudrais que l’individu s’efface au profit du collectif. C’est d’ailleurs la raison principale qui motive l’horizontalité d’Enough.

La FSF est une structure hiérarchique traditionnelle, créée par une personne exceptionnelle: c’est aux antipodes :slight_smile: Comme j’ai commencé mon existence professionnelle au moment ou elle se créait, au milieu des années 80, elle m’a accompagnée pendant ces trente dernières années. Peut-être que si elle devait se re-inventer aujourd’hui, faire table rase, en émergerait un collectif horizontal ? L’idée a mis du temps a faire du chemin dans mon esprit et je ne dois pas être le seul dans ce cas.

4 Likes

Tout à fait d’accord avec cette idée du double tranchant : personne ne peut être épargné par ce problème et les mauvaises actions passées d’une personne peuvent remonter à la surface et pourrir le reste.
Après, quand je parle de grandes figures, je parle de plusieurs personnes en général. C’est pas tant le côté horizontal qui dérange (je suis pour aussi, même si pas testé directement), c’est plus l’idée d’avoir des « modèles ». Quand j’étais plus jeune, en voyant Linus Torvalds ou Richard Stallmann sur Wikipédia, je me suis dit que c’étaient des gars biens et que je pouvais m’inspirer de ce qu’ils ont fait pour mes propres actions. Et quand on regarde un peu l’histoire de l’IT en général, il y a beaucoup d’hommes mis en avant.

Je dis pas qu’il faut tout remplacer, mais ajouter des figures dans le panthéon, histoire d’avoir des modèles en plus. Après, faudrait réussir à se détacher de ce genre de mode de pensées, mais c’est très long, donc on fait au mieux pour changer les choses :slight_smile:

Je soutiens vos idées selon lesquelles il faut plusieurs modèles pour se construire. Nos héros restent des humains qui ne sauraient être parfaits dans toutes leurs dimensions et avant de m’attirer les foudres de qui que ce soit, je dirais par exemple que Gandhi, qui est une idole personnelle pour son combat non-violent avait aussi des comportements que je trouve parfaitement inacceptables. C’est grâce à RMS que je suis un aussi fervent défenseur du libre. Quand j’ai cherché des écrits théoriques pour défendre le logiciel libre dans l’éducation pendant mes études universitaire et ma recherche, je n’ai trouvé qu’un seul texte acceptable, de RMS. D’où le besoin d’autres figures importantes du mouvement.
J’en profite pour te signaler @linuxmario une histoire qui pourrait t’intéresser pour illustrer ton article (ou pas), celle de Leah Rowe qui a développé Libreboot: https://en.wikipedia.org/wiki/Libreboot

3 Likes

Ça m’intéresse grandement ! Merci pour l’article :slight_smile:

Moi, j’ai remarqué l’hébergeur de cette lettre ouverte… Je n’étais déjà pas tellement d’accord avec tout ce foin…

@wanderer À propos de la supposée transphobie de Stallman, j’ai parcouru ton lien vers Wikipedia. À partir de cet article, je suis tombé là-dessus où Leah Rowe cite des noms de dirigeants de la FSF mais pas celui de Stallman. Par curiosité, j’ai même recherché le nom de Leah Rowe parmi les signataires des deux lettres ouvertes, et je l’ai effectivement trouvé dans celle qui rassemble les soutiens de rms !

J’ai approfondi la question et cliqué sur les liens cités dans le dernier paragraphe de cette page rédigée par les détracteurs de Stallman sensés prouver la transphobie, mais il va falloir m’explique en quoi ces textes sont transphobes tant j’ai l’impression qu’il s’agit du contraire !


Concernant l’accusation de validisme, je pense qu’il s’agit de la requête postulant il y a quelques années qu’un programme doit pouvoir être exécuté par tous, sinon il n’est pas vraiment libre, et qui a été déboutée par Stallman. Il avait répondu par ce texte très juste : « https://www.gnu.org/philosophy/imperfection-isnt-oppression.html » dont je cite cet extrait :

L’absence d’une fonctionnalité clé peut amener certains utilisateurs à trouver le programme complètement inutilisable. […] Le logiciel libre devrait effectivement vous fournir la fonctionnalité dont vous avez besoin. C’est vrai, le logiciel libre devrait vous la fournir, mais son absence ne rend pas le programme non libre, car c’est une imperfection et non une oppression.

Ainsi, selon moi, l’accusation de capacitisme/validisme ne tient pas non plus.


Concernant ses écrits défendant Minsky, mon avis est qu’on a tout simplement affaire du pur Stallman qui tient toujours autant à la juste définition des mots et à la vérité. Il aurait du écrire « « Laissons la Justice faire son travail. » ou « En démocratie, les gens sont présumés innocents. »


Enfin, le plus difficile… concernant ses remarques sur la dépénalisation de la possession d’images pédophiles — position sur laquelle il est d’ailleurs revenu il me semble, ses détracteurs(ses) ne lui accordent donc même pas le droit à l’erreur ! — si on ne les comprend pas (ce qui ne veut pas pour autant dire « être d’accord avec ») dans le milieu de la défense de la neutralité du Net, principe qui est hypocritement attaqué au nom de la lutte contre la pédophilie, si on ne les comprend pas dans le milieu libriste, où l’on ne cesse d’alerter sur le fait que 99% des ordinateurs disposent d’un système déloyal qui permet par exemple à des puissant(e)s de faire introduire des fichiers incriminants dans le disque dur d’un(e) dissident(e) politique à son insu, puis de dénoncer cette malheureuse personne pour la discréditer, on est mal barré.


Au final, mon premier avis est que Stallman est innocent de tout ce dont on l’accuse. Je lis ici et là, que c’est un type désagréable à vivre… et alors ? Il suffit de ne plus l’inviter chez soi, non ? Pas de réclamer sa démission de l’association qu’il a fondé lui-même, le pauvre !

Mon second avis, qui rejoint ce que vous avez tous écrit plus haut, est que la FSF n’a pas à être considérée comme si elle pilotait un parti politique bien pyramidal, et donc que la question de qui dirige cette association est en fait totalement secondaire. Et que c’est même très sain qu’elle ne fasse pas l’unanimité.


Je finis avec ce troisième avis : puisque 99% de la population ignore de toute manière ce qu’est le Logiciel Libre, céder à la pression médiatique nous fera plutôt perdre une part de la confiance des 1% restants…

Ah si… Certains projets de « logiciels libres » pourraient éventuellement perdre le financement des GAFAM !… Ne serait-ce pas là finalement le cœur du problème ? (d’ailleurs, pour ça aussi, la solution est un logiciel libre acentré : duniter.org/ ! ^^ )

Bonne nuit les chatons ! ^^

1 Like

On ne sait même pas si toutes les accusations sont vraies ou fondées, donc il vaut mieux attendre que la justice regarde éventuellement la chose et que cette affaire décante tranquillement. Il semble que la FSFE avait eu un problème similaire avec son leader et c’était passé en cour de justice allemande (il y avait eu un non-lieu si je me rappelle mes lectures)

Et puis bon, si on fait un tour sur les listes de diffusion d’OpenBSD, Theo de Raadt (le créateur du projet) est pas toujours tendre avec les gens (surtout ceux qui l’énervent ou le trollent) donc voilà :slight_smile:

1 Like

Je pense qu’il y a une place importante pour l’enquête journalistique sur des sujets qui ne sont pas portés devant les tribunaux. Par exemple l’enquête de mediapart sur Adèle Haenel en 2019 a précédé l’affaire en justice est pour moi un modèle de rigueur, je voudrais en voir plus encore. Une autre enquête, celle des violences sexuelles dans le sport la même année, montre a quel point il est difficile pour la justice de corriger un problème systémique. Les enquêteurs et enquêtrices ont laborieusement regroupés de nombreux cas isolés, dont une bonne partie sont passés par les tribunaux, pour montrer que le vrai procès était celui qui devait être fait à un niveau qui échappe à la loi.

J’aimerais qu’il soit possible de faire ce travail d’enquête publiquement, en commençant par rassembler les faits et en les analysant de façon rationnelle. Si je regarde les même documents que @nflqt j’arriverais à des conclusions différentes, évidement (sinon on serait des clones et je ne crois pas que ce soit le cas :wink: ). Et dans l’esprit d’une communication non violente je ferais de mon mieux pour les exprimer d’une façon qui permette à d’autres de comprendre mon point de vue, en suivant ces quatre principes:

  • Observation (O) : décrire la situation en termes d’observation partageable ;
  • Sentiment et attitudes (S) : exprimer les sentiments et attitudes suscités dans cette situation ;
  • Besoin (B) : clarifier le(s) besoin(s) ;
  • Demande (D) : faire une demande respectant les critères suivants : réalisable, concrète, précise et formulée positivement. Si cela est possible, que l’action soit faisable dans l’instant présent. Le fait que la demande soit accompagnée d’une formulation des besoins la rend négociable.
4 Likes