Recherche de bénévoles avec des compétences techniques pour aider la Maison des Lanceurs d'Alerte

#1

Bonjour,

J’ai rejoint ce forum tout récemment car plusieurs des sujets qui y sont postés permettent, parfois, de répondre à des soucis techniques que je rencontre puisque l’association pour laquelle je travaille utilise quasi exclusivement des logiciels libres et que pour ma part, je n’y connais pas grand chose en technique :sweat_smile:

Je poste un message ici (en espérant que ce soit le bon endroit mais comme il est indiqué qu’on peut parler “de tout et de rien”, je ne prends pas beaucoup de risque) pour signaler que la Maison des Lanceurs d’Alerte cherche à étoffer son équipe technique bénévole (soit des personnes disposant de compétences informatiques, notamment logiciels libres puisque, comme je le disais, notre SI est basé sur des logiciels libres).

Nous recherchons donc des développeurs, administrateurs système, etc… qui partagent notre idée que protéger les lanceurs d’alerte est important et auraient un peu de temps, ponctuellement ou régulièrement, pour nous y aider en contribuant à perfectionner, maintenir et améliorer notre système d’information et de communication.

Plus d’infos ici.


En quelques mots, la Maison des Lanceurs d’Alerte a été créée en 2018 pour améliorer la protection des lanceurs d’alerte en France.
Nous avons principalement deux formes d’action :

  • l’accompagnement des lanceurs d’alerte qui rencontrent des difficultés, notamment sur le plan juridique pour qu’ils fassent valoir leurs droits. Depuis 2018, nous avons reçu un peu plus de 200 demandes.
  • le plaidoyer, c’est à dire la mobilisation de l’opinion publique et des décideurs pour faire évoluer la législation en matière de protection des lanceurs d’alerte. Nous sommes par exemple beaucoup mobilisés sur la transposition de la directive européenne pour la protection des lanceurs d’alerte en Europe.

En matière technique, nous avons un gros enjeu qui est celui de la confidentialité de nos échanges et de la sécurisation des données (souvent sensibles selon les alertes que nous accompagnons) dont nous disposons.
Fonctionner quasi exclusivement avec des logiciels libres autohébergées est une des solutions pour laquelle nous avons opté pour tenir cette promesse de confidentialité faite aux lanceurs d’alerte.
Nous avons aussi besoin d’aide sur des tâches liées à la communication (code HTML de nos newsletters, création d’un compte sur Mastodon…) car recourir à des logiciels libres suppose souvent de maîtriser un peu la technique et ce n’est pas dans les cordes de la personne qui s’en occupe, qui apprend sur le tas.

Nous cherchons donc maintenant des personnes qui voudraient bien continuer ce chantier avec nous quelques heures par semaine ou par mois selon leurs disponibilités :slight_smile:

Voici un petit aperçu des missions possibles / besoins que nous avons constatés :

Si certains d’entre vous sont intéressés, n’hésitez pas à me faire signe ou à écrire directement à benevoles@mlalerte.org

Merci d’avance :slight_smile:

6 Likes
#2

J’ai partagé votre demande sur nos comptes médias sociaux.
J’espère que vous trouverez des bénévoles pour vous rejoindre.

3 Likes
#3

Une fois n’est pas coutume. Je sens que je vais lancer un vilain troll ! :slight_smile:

Créer une maison des lanceurs d’alerte, à laquelle des lanceurs d’alerte, et seulement eux, vont ainsi tous naturellement s’adresser, n’est elle pas une manière de faciliter leur repérage, confidentialité des échanges ou pas ?

Les services réseau de la maison des lanceurs d’alerte, aussi bien administrés et basés sur logiciels libres soient-ils, ne vont-ils pas concentrer tous les efforts de piratages ?

Qu’en pensez-vous ?

PS: Ce sont quand même de vrais questions, non ? (^_^)

1 Like
#4

C’est une question qui pourrait faire l’objet d’un long débat :slight_smile:

Pour ma part (je m’exprime en mon nom personnel), il y a bien évidemment un risque, mais j’estime que les lanceurs d’alerte connaissent encore aujourd’hui beaucoup trop de difficultés, sur de multiples plans, qu’il est essentiel de les aider, et ce, malgré ce risque.

Mais il est évident que sécuriser nos services est un enjeu capital, d’où cet appel.

Pour pondérer aussi : les dossiers que nous recevons concernent en bonne partie des alertes déjà lancées mais pas ou mal traitées ou dont les lanceurs ont fait l’objet de représailles, mai qui sont donc connues des principaux concernés.

2 Likes