Service de Sauvegarde

Bonjour,

Je n’ai pas trouvé de service de sauvegarde dans ceux listés ici.
Y a t-il un service intéressant pour un petit espace de sauvegarde de 200 Go simple d’utilisation ?

Il faudrait mieux définir ce que tu veux comme services.
On a bien compris qu’il s’agit de sauvegardes, mais comment?
Sauvegardes de quoi?
Les accès?
Etc.

Il existe Garage, pour du stockage distribué.
Mais sinon, Nextcloud.
Ou encore Syncthing (mais je ne pense pas que certains le proposent).
Borbackup etc.

Je suis sous Windows, c’est pour avoir une copie de mes fichiers de PC en cas de vol ou de ransomware.

J’ai testé pour quelques fichiers Rclone (ce qui est bien c’est qu’il chiffre avant envoi) vers un service Nexcloud qui a fonctionné mais ni l’un ni l’autre me conviennent vraiment :

  • Les offres payantes Nextcloud sont coûteuses pour cette quantité de donnée
  • Je préférait un outil graphique

Je voulais utiliser du Samba pour l’accès avec Veeam Agent mais j’ai lu que c’était une mauvaise idée au niveau sécurité l’accès Samba qui passe par internet. En dehors des chatons j’ai vu le service d’Hetzner qui a un tarif raisonnable pour des « storage box ». C’est un peu au dessus de mon besoin mais j’ai surtout lu qu’ils ne sont pas très sérieux en coupant des services sans préavis ni explications.

Ce que tu pourrais faire, c’est avoir un NAS ou un autre ordinateur chez un amis.
Et vice-versa.
Vous mettez en place un VPN entre vos NAS, et vous effectuez les sauvegardes sur les 2 NAS, par exemple.
Comme ça, vous vous rendez service mutuellement.

Quelques lectures pour se donner des idées:

Voir aussi au niveau de Garage.

1 Like

Je trouve que ça répond pas trop au besoin exprimé. Si j’ai bien compris, c’est un⋅e utilisateurice (pas un chaton) qui pose la question.

Donc la question: est-ce qu’un chaton actuel propose un service de sauvegarde pour 200G ET pas trop cher ?

@zfegr Comme ça, je dirais non. Je propose avec ReflexLibre du Borg mais pas pour les particuliers.

Mais vu que borg supporte le chiffrement, tu peux envisager de prendre un compte chez borgbase.com (pas chaton) et tu utilises vorta…

2 Likes

Peut-être aussi je me permets un éclairage de pourquoi il n’y a pas de solution évidente qui émerge :

  • 200Go à stocker de manière pérenne c’est beaucoup - 200Go c’est une quantité de données importante, même dans un monde avec des disques de 10To ou 20To. Si on suppose 1 000 utilisateur-ices, ça fait 200 000 Go, soit 200 To à gérer, avec un système de duplication de la donnée (backup 3-2-1), en exagérant à peine on arrive sur 1Po d’ordre de grandeur (si vous êtes pas d’accord, imaginez 2k users et 500Go/user). Ça demande un investissement en matériel, mais aussi une logistique de maintenance très très complexe : en cas d’erreur humaine, restaurer 1Po ça prend plusieurs jours à minima. Avec ce volume de donnée, on commence à observer du bitrot, il faut donc des mécanismes de correction d’erreur qui tournent en continu, aka des scrubs. Etc. Etc. Tout ça à pas cher, avec les critères de la charte CHATONS, ça devient complexe à mettre en place. Il y a qque acteurs sur le marché qui arrivent à tirer les prix vers le bas en proposant une solution minimale, et probablement une redondance limitées, des performances limitées, etc. mais c’est pas facile.
  • Le « backup » est une pratique d’utilisateur avancé ou pro - Ensuite, la pratique de « réaliser des sauvegardes périodiques & distantes de ma machine », c’est une réponse d’utilisateur avancé à l’objectif « préserver mes données perso dans le temps ». Le grand public, quant à lui, va plutôt se tourner vers des solutions dites « cloud », c’est à dire de synchronisation de fichier, dont les alternatives libres sont Nextcloud & co dont il va justement attendre là par contre une bonne disponibilité, une bonne redondance, etc. ce qui explique - en partie - les prix élevés des Dropbox, iCloud & Google Drive, et pourquoi chez les CHATONS on va trouver des petits volumes (de l’ordre de 1Go compte perso, ~50Go chez Framaspace pour une organisation tout entière, etc.). Mais du coup ça explique aussi pourquoi on retrouve autant de Nextcloud chez les CHATONS : c’est la réponse grand public à « préserver mes données ». D’autres façon de préserver ses données peut passer par du stockage à froid, un exemple qui me fait de l’oeil ce sont les M-Disc.
  • L’achat de matériel plutôt que le service est souvent envisagé par les power users - L’utilisateur avancé, pour sauvegarder une grande quantité de données à moindre coût, va probablement s’orienter vers l’achat de matériel plutôt que du service, qui est moins couteux (rappelle, le service tu vas payer pour la sauvegarde - différente de la duplication car doit protèger des bugs & erreurs humaines, pour le travail de maintenance, etc.) d’où la recommendation du NAS par @LautreG.
  • Retours sur quelques déboires passées et présentes - De manière générale, fournir un service de stockage de données pérenne est très compliqué : on a vu la fermeture de Megaupload il y a quelques temps déjà, dans l’actualité brûlante on sait que Google a perdu des données de certains de ses utilisateurs bien qu’ils soient dans le déni complet, et j’ai eu écho de Scaleway qui aurait perdu quelques buckets S3 de ses clients, je sais pas si ils ont réussi à les restaurer in fine, ou encore l’incendie d’OVH qui a vu pas mal de gens découvrir que le service de stockage de data qu’ils avaient choisi n’était pas « multi-region » et que la donnée, backup compris, était perdue, etc. En avril dernier, dans un contexte externe à CHATONS, j’ai vu la perte de services Google Cloud suite à l’incendie déclaré dans un DC Interxion en région parisienne : l’incendie arrêté à temps a seulement impacté la disponibilité et non l’intégrité des données, mais ça s’est joué moins une. Et c’est sans compter les pannes des supports eux memes, qui peuvent être corrélés, à l’image des disques Seagate qui tombaient en panne après 40k heures d’uptime, soit un peu moins de 5 ans, et qui ont mis pas mal d’entreprises dans le noir. Plus haut, les systèmes de fichier peuvent aussi corrompre la donnée : BTRFS est connu pour ça, récemment des bugs ont aussi été découverts dans ZFS et EXT4. Souvent, les offres peu cher viennent avec une garantie de service faible, que l’on découvre le jour où le prestataire a un problème.

Pour aller plus loin sur les enjeux techniques de « service de stockage de donnée large échelle », je vous recommande le blog technique de l’entreprise Backblaze qui est une référence sur le sujet, typiquement leur revue périodique des pannes de leurs supports de stockage est très intéressante.

3 Likes

Je connaissais Backblaze et leur statistiques de pannes de disque dur, mais j’étais pas encore allé sur leur blog. Ils ont un logiciel maison qui chiffre les données pour l’envoi, le plus simple et économique c’est de mettre ses données chez eux…

A priori les CHATONS s’appuient sur des hébergeurs comme OVH. Pourquoi ne pas revendre des services « storage » avec un accès direct à l’espace de stockage ou en le rattachant à un service comme Nextcloud ?

Je ne sais pas trop si OVH ou équivalent, acceptera de me fournir leur service sur le long terme si j’en fais une utilisation « légère ».

En ce qui concerne OVH Cloud, tu peux utiliser leurs services Object Storage ou Cloud Archive, quelle que soit la quantité de données. De mon côté j’y stocke une petite centaine de Go et ils me facturent moins d’un euro par mois, ça ne pose aucun souci depuis plusieurs années^1. L’interface d’accès à ce service c’est l’API Swift ou S3 donc ça se gère plutôt avec des outils en ligne de commande (typiquement rclone), mais il existe peut-être aussi des utilitaires graphiques capable d’exploiter directement ces protocoles, dont je ne suis pas au courant. Si tu veux avoir quelque chose plutôt comme un Nextcloud il faudra l’installer sur un serveur supplémentaire.

Dans l’esprit CHATONS, je plussoie néanmoins fortement les propositions d’installer un NAS chez des amis ou de la famille, que vous pouvez utiliser à plusieurs pour mutualiser vos sauvegardes, plutôt que de dépendre d’une entreprise comme OVH, Backblaze ou autre.

[^1] Pas exactement « aucun souci » puisqu’il me semble que mes données ont brûlé dans l’incendie, mais c’était un backup donc ça n’était pas très grave, j’ai juste renvoyé une copie.

1 Like

Est-ce qu’il est possible de visualiser, déposer et récupérer des fichiers via un navigateur internet en complément ?

Est-ce qu’il est possible de visualiser, déposer et récupérer des fichiers via un navigateur internet en complément ?

Techniquement oui, mais c’est une interface très minimaliste dans la console ovh cloud, qui n’est clairement pas faite pour ça. Par exemple il n’y a pas de gestion des sous-dossiers.

Le protocole S3 peut s’intégrer, entre autres, avec les applications suivantes :

2 Likes

@lx_1f40c n’ose pas l’auto-promo mais j’ai pas cette vergogne ahah. Vous trouverez un tuto pour plusieurs outils de gestion de données sur S3 dans la doc de Garage : Browsing tools | Garage HQ

Perso j’utilise rclone mount (une ligne de commande donc), et mon « bucket » S3 apparaît comme une clé USB dans mon système d’exploitation (Nunux). J’utilise ensuite l’explorateur de fichiers pour interagir avec.

L’argument c’est qu’on parle de deux choses ici : la solution de stockage, et l’interface utilisateur. Mieux vaut ne payer que pour la première, et utiliser un outil sous notre contrôle pour le second (l’explorateur de fichiers par exemple). Ca demande parfois une ligne de commande. Une seule. Ok c’est effrayant, mais sur Windows notamment il est malheureux d’installer un énorme bloatware sur Clubic ou autre, pour contourner le besoin de rentrer une seule ligne dans un terminal. Et oui, des fois ça va planter, et la ligne renverra une erreur. J’appelle ça une bonne occasion d’apprendre.

L’argument politique c’est qu’il vaut mieux former et se former à un minimum syndical technique, plutôt que d’invisibiliser la technique (souvent avec les meilleures intentions), ce qui laisse indéfiniment les usager⋅es dans l’ignorance de la simplicité de leurs process, et dans une dépendance aux gardien⋅nes du temple. Les gros boutons verts m’ont toujours soûlé. Ils ont l’air magiques, mais camouflent généralement une opération techniquement triviale.