Utiliser un logiciel privateur dans l'infra

Bonjour,

Petit thread pour poser une question théorique¹, dont le but est de questionner notre approche du libre.

Vaut il mieux utiliser un logiciel open sources dont on ne connait pas le fonctionnement ou un logiciel privateur dont on connait le fonctionnement ?

Je vais poser le cas dans lequel je suis comme exemple pour expliciter ma question.

Je suis développeur chez un éditeur de logiciel privateur depuis des années. J’ai participé a l’écriture d’une bonne partie du logiciel et à la conception de son architecture. Je suis dont a même de dire précisément ce qu’il fait et comment il le fait. D’un autre coté dans mon infra j’utilise des logiciels libres (et donc open sources) dont je n’ai pas le temps/les compétences pour auditer les sources et donc aucune idée du fonctionnement.

D’un strict point de vue de la maitrise technique de l’infrastructure il vaudrait donc mieux que j’utilise le logiciel privateur.

Les seuls arguments non dogmatique² que je vois sont:

  • L’outil libre permet a n’importe qui de reproduire mon infra
  • Je ne suis pas lié a l’éditeur du logiciel qui peut décider d’en changer la licence pour en interdire l’utilisation/augmenter les prix

¹ La question est théorique car mon employeur ne me permettra pas d'utiliser ce logiciel et donc son usage serait illégal.

² dire que le logiciel libre est meilleur parcequ’il est libre n’est pas un argument valable a mes yeux

Moi aussi je n’ai pas du tout les compétences pour savoir ce qu’il y a sous le capot d’un logiciel libre, mais je considère que parce que le code est publié, d’autres ont pu réaliser cet audit et que c’est à moi de me renseigner, avant de faire un choix.

2 Likes

Bonjour et merci de cette question que je trouve intéressante. Tu as déjà en partie répondu toi-même et Angie a complété.

J’ajoute pour ma part que le logiciel libre est meilleur… parce qu’il est libre :wink:

Évidemment pas sur le plan technique, je pense que c’est ce que tu voulais dire, et bien sûr tu as raison sur ce point. En revanche il est meilleur sur le plan de l’écosystème logiciel global, c’est à dire qu’il contribue à un environnement technique plus convivial (parce que j’en suis moins dépendant, etc.).

Donc c’est un peu comme les radis achetés chez l’agriculteur bio du coin, c’est pas vraiment meilleur au goût que des tomates achetées hors saison, soyons honnête :slight_smile: mais c’est meilleur pour ma santé et celle du monde…

RMS apporte des arguments intéressant à cette question :

On me demande souvent de décrire les « avantages » du logiciel libre. Mais le mot « avantages » est trop faible quand il s’agit de liberté. La vie sans liberté est une oppression, et cela s’applique à l’informatique comme à toute autre activité de nos vies quotidiennes. Nous devons refuser de donner aux développeurs des programmes, ou des services qui s’y substituent, la maîtrise de nos tâches informatiques. Il faut le faire pour des raisons égoïstes ; mais pas seulement pour des raisons égoïstes.

L’une des libertés est celle de coopérer avec les autres. En empêchant les gens de coopérer, on les maintient dans la division, point de départ d’une machination ayant pour but de les opprimer.

1 Like

Évidemment pas sur le plan technique, je pense que c’est ce que tu voulais dire, et bien sûr tu as raison sur ce point. En revanche il est meilleur sur le plan de l’écosystème logiciel global, c’est à dire qu’il contribue à un environnement technique plus convivial (parce que j’en suis moins dépendant, etc.).

Oui c’est exactement ça. Les questions que je pose sont relative a la maitrise technique et non aux problématiques éthiques (dans ce cas la question ne se pose même pas).