Mutualiser pour financer le libre

Salut à tous, long time no see…

Chez IndieHosters on a un projet en tête depuis un petit moment, je pense que l’on est prêt pour se lancer :slight_smile:

Comme on l’a déjà exprimé, on est frustré par les modèles proposés par les éditeurs de logiciels libres. Notamment le modèle de support à la Nextcloud et encore pire le dual licence à la OnlyOffice. Ni l’un ni l’autres ne sont raccords avec nos valeurs. D’un autre côté, même si on contribue à notre facon à ces logiciels (bug reports, contribution docker, doc etc.) on a un petit malaise, on se sent comme des pirates parfois, on souhaite contribuer encore plus au développement de ces logiciels.

Notre position et rôle d’hébergeur est crucial dans la chaine de valeur d’un logiciel. On est le dernier maillon de la chaine et donc c’est nous qui captons « toute » cette valeur pour nous (bon on ne roule pas sous l’or non plus mais…)

On pense que l’on serait bien plus efficace si plutôt que de payer le support Nextcloud, on paye des freelances pour travailler sur les bugs qui nous intéressent. De cette facon en plus de régler nos problèmes, on peut contribuer à développer un écosystème de contributeur.ices autour de ces projets et éviter qu’ils ne dépendent que d’une entreprise (capitalistique).

Et bien sûr, on pense que l’on serait encore plus efficace si on mutualise cet effort, notamment entre CHATONS (à offres commerciales).

Ca serait d’ailleurs intéressant d’élargir à CHATONS et plus, je pense notamment à des acteurs comme Octopuce ou EasterEggs qui ne sont pas (encore?) CHATONS.

D’une certaine facon c’est aussi un moyen pour impliquer nos contributeur.ices/utilisateur.ices à cet ecosystème du libre que l’on peut solliciter dans le choix des priorités bugs à fix ou des nouvelles fonctionalités que l’on voudrait voir tout en rendant plus visible la chaine de valeure.

Voilà voilà, si ca vous parle faites signes :wink:

12 Likes

Hello,
Merci pour ce message, qui rappelle pas mal de questions qu’on se pose au sein du Cloud Girofle. On n’a pas du tout la puissance de frappe que vous, mais on se retrouve à développer des versions débridées d’OnlyOffice qui nous font effectivement nous sentir pas hyper bien/nous font nous voir un peu comme des voleurs.

On a aussi une liste de bugs qu’on aimerait bien résoudre sur OnlyOffice (et certaines limitations sur lesquelles on travaille.

Sans pouvoir m’engager pour l’asso, j’ai l’impression qu’on serait intéressés pour contribuer (financièrement, et dans la mesure de nos finances actuelles).

4 Likes

Salut @unteem oui ca nous parle beaucoup :grinning: très heureux de voir cette initiative se lancer car c’est également quelque chose auquel on a réfléchi de notre coté et qui est déjà dans les cartons.
De plus il me semble avoir parlé avec l’un de vous une fois à la Myne d’une idée dans ce sens.
(Je ne me sens pas concerné par OnlyOffice car nous utilisons Collabora Online et nous sommes « partenaire » donc nous payons. )
Je suis complètement ouvert à discuter de tout ca ensemble.
Nous avons besoin de mutualiser des choses de notre coté également.
Donc Dispo pour en parler. Comment une visio ? Quelque part sur Lyon? à un rendez-vous CHATONS?

1 Like

Typiquement, il y a ces 3 bugs identifiés upstream qui nous voudrions fixer.

Si vous les avez aussi, et qu’ils vous embêtent, nous pourrions crowdfunder cela ensemble.

Reste à trouver un.e dev php/Nextcloud et lui demander un devis.

Peut-etre il y en a sur ce forum?

J’ai identifié ces pistes:

Voila, c’est des pistes :slight_smile: L’idée serait d’établir une relation de confiance avec cette personne pour pouvoir la mobiliser plus rapidement la prochaine fois.

Je pense la première étape, ce serait Nextcloud, qui semble la brique la plus mutuelle de nos stacks. Ensuite, si cela fonctionne, essayons d’autres :slight_smile:

2 Likes

c’était moi :wink:

On peut se faire une visio et je peux proposer au Lyonnais de se retrouver à la MYNE ou à la maison :slight_smile: (ca me donne envie de lancer un BBQ CHATONS lyonnais cettte affaire)

Je vais faire un framadate.

J’ai bien envie d’inviter des non francophones aussi, je pense aux hébergeurs derrière meet.coop ou certains librehosters comme cloud68 qui pourraient être intéressés.

@Martin @Maxime & al, pas d’objections à ce que ca se fasse dans la langue de Shakespeare ?

2 Likes

Aucune objection, super pour le framadate !

Ça pose tout de même la question de l’intégration de ces correctifs dans l’upstream. Est-ce que Nextcloud ou OnlyOffice acceptent facilement les contrib externes ? Pour ma part, je ne sais pas car je n’ai jamais fait de PR sur ces projets.

Si c’est pas le cas, le risque c’est d’arriver dans une situation à la odoo/OCB avec des fix dans OCB qui ne sont pas officiels. Le processus de mise à jour pourrait devenir de fait plus complexe. Ceci dit pour le cas odoo/OCB c’est clairement de la faute de odoo, et ça le serait aussi si nextcloud ou onlyoffice refuse des contrib légitimes.

1 Like

Tout à fait. Ca pose tout plein de questions :slight_smile:

Pour onlyoffice je ne sais pas, jamais fait de PR, ils sont réactifs sur les issues en tout cas. Sinon dans les 2 autres exemples que je connais le plus. Pour Nextcloud je pense que ca sera apprécié, si Nextcloud est né c’est justement parce que entre autre Owncloud refusait les PR de la communauté préférant en faire des enteprises features. Chez rocketchat je ne me fais pas trop de soucis non plus.

Après ca dépend aussi si on est sur du bug fix ou des nouvelles features. Ca m’étonnerait que l’on bloque des contributions qui résoudent des problèmes.

1 Like

En tout cas oui si on propose des features pour faire de l’édition Mobile ou enlever les limitations de OnlyOffice ca ne sera pas merge :stuck_out_tongue:

1 Like

Top l’idée du BBG CHATONS.
Pas d’objections forte pour l’anglais même si bon bah voila quoi :sweat_smile:
Hate de parler de tout ca et de sortir un peu de chez nous

De mon expérience, oui, les bugs fix sont faciles à avoir merged :slight_smile:

Le travail dont je suis le plus fier dernièrement: https://github.com/nextcloud/server/pull/17870#issuecomment-791352683 ça prend du temps :confused:

Pour chaque logiciel, il va falloir adopter des stratégies différentes, je pense.

Typiquement, un freelance pour Nc pour PR upstream (fix et feature request), au moins la partie code (je suis une bille en php) après, je peux gérer le cycle de vie de la PR qui peut durer des mois comme vous le voyez. (Et on peut avoir un build avec les features en attendant le fix upstream aussi, mais ça prends pas mal d’énergie en effet…)

Pour OO, là, je pense, il faut qu’on coordonne un build sans les limites, et avec le mobile edit, et perso, je suis prêt à mettre l’argent que je devrais payer à OO dans un pot commun, et leur dire… Voila, si je pouvais payer, avoir le logiciel libre sans les limites avec le mobile edit, ce pot commun serait à vous…

Bref, @unteem balance le framadate :slight_smile:

3 Likes

Le framdate: https://framadate.org/Ykag6iCnvchsGA8R :slight_smile:

on va faire simple, entre nous en francais ca sera déjà bien :slight_smile:

1 Like

@unteem Question naïve mais… qu’est-ce qui rend ouf dans le support Nextcloud ?

1 Like

Alors:

  1. C’est hors de prix. A l’époque on avait payé un prix qui dépasse ce que l’on pratique aujourd’hui et qui correspondait dans mon offre finale à 50% de mon prix pour du support standard juste pour files. On m’a expliqué ce jours là que si j’avais un deal à 50/50 c’était un bon deal. Moi je trouve que c’est de dur à tenir si je donne 50% à Nextcloud je donne rien aux autres et je garde pas grand chose pour moi.

  2. On est mis en relation avec un commercial qui parle un autre language que le notre et avec qui on ne partage pas de valeurs. La discussion est quasi impossible, du type « bah vous n’avez qu’à arrêter de vendre des nextcloud à des assos ».

  3. Le service est frustrant. J’ai eu une seule question en 6 mois, on m’a envoyé bouler parce que la question concernait Calendar et non files. C’était pourtant simple comme question: « Peut fédérer des agendas? », réponse: « Veuillez contacter votre commercial pour souscrire à l’offre calendar ».

Ces offres de support sont pensées pour des gros acteurs, nous on est pas invité.

Globalement je trouve de toute facon cette stratégie mauvaise, la conséquence est qu’il existe que une entreprise experte du logiciel vs tout un ecosystème d’acteurs. Bon globalement le modèle où un logiciel est dirigé par une entreprise à but lucratif je le trouve fragile. Un modèle de fondation avec un ecosystème d’acteurs pros à la Postgres ca c’est sexy et pérenne IMHO.

2 Likes

Méga instructif.
Merci d’avoir pris le temps de détailler, très cool.

C’est marrant car j’ai souvent https://alwaysdata.com/ en tête comme l’exemplarité du service client, et effectivement ce que du décris de ta relation avec NextCloud, c’est l’anti-AlwaysData.

Niveau prix je suis pas sûr que passer par des freelances revienne moins cher mais ça se tente en tout cas. Preneur de votre retour d’expérience là dessus quand vous l’avez.

1 Like

Pour info, il y a pas mal de discussions dernièrement sur le chat Nextcloud et leur forum rapport à Bountysource.

Le bounty seul ne me parait pas adapté. Mais avoir une structure indépendante de Nc qui accepte les donations et qui finance 1 personne à temps plein (pour commencer) me parait pas mal quand même.

Et si on la joue assez finement, on pourrait même avoir Nc dire publiquement, pour la communauté, allez voir tel structure et ils acceptent les donations.

J’aimerai bien l’avis de Framasoft, qui à l’air de se diriger petit à petit vers ce modèle :slight_smile: En tout cas, vous le faites pour peertube et mobilizon. Et un peu avec Nc.

J’invoque @Angie ou @tcit ? :slight_smile:

2 Likes

Je ne suis pas du tout qualifiée pour te répondre @pierre car je n’ai pas compris ce que tu mets derrière le terme « modèle ». Peux-tu expliciter ?

Hello, après discussion avec les membres du Cloud Girofle, on confirme qu’on est motivé⋅es pour participer à la réflexion, au montage d’un projet de ce type, et suivant comment ça se passe (modestement) à son financement.

@unteem je ne sais pas quand tu souhaitais clôturer le sondage (peut-être après la réponse de Framasoft :cat2:), mais le jeudi 25 a l’air pas mal, non ?

1 Like

De ce que je comprends, Framasoft est une asso d’educ pop autour du logiciel libre.

Votre « modèle » économique (désolee pour les grots mots :confused: je sais pas comment dire autrement) est de recevoir des donations en échange de vos actions (de ce que je comprends). Dernièrement (Mobilisons, peertube) j’ai l’impression que d’embaucher des développeurs à temps plein pour dév des logiciels libres fait partie de votre « stratégie ».

Et vous le faites déjà un peu avec Nextcloud (Tcit) et du coup, la question est est-ce que vous voulez en faire plus?

2 Likes

Salut @pierre (& co) :slight_smile:
Je fais une réponse un peu exhaustive, car la question revient régulièrement et ça évitera le ping pong :slight_smile:

Plus exactement : Framasoft est une association d’éducation populaire aux enjeux du numérique et des communs culturels.
Le libre, pour nous, est maintenant un moyen, plus une fin.

Tout à fait. Je complèterai même en disant : « de recevoir des donations en échange de vos actions passées ». Car le don est sans contrepartie.
Il y a le cas des crowdfundings, qui sont un peu différents : là, normalement, tu finance « ce qui va advenir » sur la base d’un engagement moral. Mais après 5 (6?) crowdfundings, on lève le pied, parce que c’est hyper usant en terme de communication.

Il y a plusieurs niveaux de réponse.

Le premier, qui donne quand même le ton, c’est que même si on a l’argent pour embaucher plus de salarié⋅es, on a fait le choix (réfléchi et volontaire) de ne pas le faire. On l’écrivait déjà en 2018, mais nous ne souhaitons pas dépasser les 10 salarié⋅es. Je ne dis pas qu’on ne sera jamais 11 ou 12. Mais ça n’est pas à l’ordre du jour. Même si on recevait 100 000€ de dons en plus.

Le second, c’est que oui, on est éditeur de logiciels libres :

  • PeerTube, Mobilizon, Framadate ou Framaforms (et pas mal d’autres) sont développés par Framasoft.
  • D’autres (Lufi, LSTU, Lutim, Dolomon, et pas mal d’autres, etc) sont développés par des salariés de Framasoft.
  • D’autres (flus.io, kresus, FreshRSS, Wallabag, etc) ont été créés par des membres de Framasoft.
  • A cela s’ajoute que Framasoft est contributeur (parfois conséquent) à pas mal de softs existants (Etherpad, Ethercalc, Sympa, etc. Cf https://wiki.framasoft.org/contributions mais c’est loin d’être exhaustif)

Donc oui, on peut nous coller l’étiquette « Editeur ». Mais comme indiqué plus haut, on a fait le choix de ne pas dépasser 10 salariés et… ça fait déjà beaucoup ! (Je rappelle qu’on a 2 codir (gestion projets/produits, gestion équipe, communication), 1 adminsys, 1 dev peertube(+adminsys), 1 dev Mobilizon(+adminsys), 1 dev front (+support), 1 personne sur le support, 1 personne sur l’admnistratif, 1 personne sur les partenariats/interventions(+CHATONS :wink: ), et un dev Framaforms (qui partira bientôt pour être remplacé à terme par une personne « communication et illustration ».)

On ne va donc pas embaucher de nouveaux développeurs :slight_smile:

Troisième niveau de réponse : on va même chercher à transmettre d’anciens projets en 100% communautaires (Framadate ou Framaforms, par exemple). Ils étaient déjà communautaires, hein. Mais Framasoft gérait la gouvernance car ne pouvait pas animer activement la communauté. Là, on va les lâcher dans la nature, et sortir totalement de la gouvernance (toujours dans le cadre de notre volonté de « déframasoftiser » qui nous amène aussi à fermer certains services).
Il arrivera sans doute un jour la même chose à Mobilizon ou PeerTube, d’ailleurs (pas avant quelques années, mais probablement tôt ou tard).

Dernier niveau : on a effectivement des projets ambitieux autour de Nextcloud (pour l’instant mal dégrossis, on est en train de bosser dessus), qui débuteront en 2021, mais se déploieront sur plusieurs années. On va sans doute mettre le paquet dessus, mais ça va nous prendre plusieurs années, et pour l’instant on veut d’abord faire un tour complet d’analyse des usages et des frictions.

En conclusion : même si ça a été réfléchi à de nombreuses occasions en interne (passage en SCIC, création d’une FramaSCOP, etc), on abouti finalement à chaque fois qu’on est « heureux en mer » (et que peut être on veut sauver notre âme :smiley: ). Je doute donc que Framasoft réponde un jour à ce besoin pourtant attendu.

La bonne nouvelle, c’est donc que si quelqu’un veut se lancer dans une aventure de structure dédiée au développement, c’est tout à fait possible :slight_smile: (compliqué, pour plein de raisons, mais possible !)

7 Likes