Partageons les souvenirs du camps CHATONS 2022

Le camps CHATONS 2022 c’était magnifique : une énergie folle, des idées foisonnantes, des lieux incroyables. C’est fini, mais ne laissons pas tout ça disparaître trop vite. Je vous propose donc de partager et centraliser dans ce fil tous les fragments (texte, photo, video, toot, billet de blog) issus de ce moment.

Tout d’abord, pour rappel, le Libreto qui contient toutes les prises de notes brutes ainsi que plein d’infos sur l’organisation : camp-chatons-2022 - Libreto

Pour ma part, j’ai pas mal écrit surtout :

Quelques notes en vrac :

  • J’ai commencé à écrire les comptes rendus car je me suis rendu compte qu’on ne pouvait pas faire de lien vers une conférence précise dans le libreto, toutes les conférences de la journée étant prises sur le même pad, et libreto ne met pas d’ancre sur les titres
  • Mes compte-rendus sont ma compréhension personnelle du sujet évoqué, en plus des notes j’y ai associé mes souvenirs. Pour une restitution plus fidèle je vous recommande de vous référer à la prise de note brute. Si des passages vous mettent mal à l’aise, je peux les reformuler ou les supprimer.
  • Je ne sais pas quelle est la politique exacte de diffusion des informations : y a t’il un droit d’auteur, une license à respecter ? J’ai supposé que je pouvais m’inspirer de la prise de note pour mes comptes-rendu pour peu que je citais les personnes et pointait vers le document original
  • Si vous voulez récupérer les comptes rendus au format Markdown ou les corriger, c’est sur notre forge
6 Likes

Bonjour Quentin :slight_smile:

Voilà ce que nous pouvons apporter de notre côté.
J’ai (neil) encadré l’atelier « Traversée de la rivière du doute » le samedi, il y a eu beaucoup de débats qui se sont déroulés dans le calme et le respect des avis des un·es et des autres (chose plutôt appréciable compte tenu des clivages forts sur les sujets abordés).

Pour rappel, le principe de l’atelier était d’inviter chaque personne à se positionner dans l’espace selon leur opinion sur une affirmation donnée, volontairement clivante : à droite pour « d’accord » et à gauche pour « pas d’accord ». Un débat d’environ 5 minutes a suivi chaque affirmation, permettant à chacun·e souhaitant s’exprimer d’exposer leur opinion.

Les opinions étaient très diverses et riches, parfois radicalement opposées, c’était aussi intéressant de remarquer les repositionnements de certaines personnes au cours des débats, qui montraient qu’une personne était convaincue par un argument.

Le compte-rendu est ici (avec les règles du jeu) : camp-chatons-2022 - Libreto

Voilà les affirmations clivantes qui ont été posées durant l’atelier. Notez toutefois que les positions exprimées dans le compte-rendu ne peuvent pas être représentatives de l’entièreté du collectif.

(Cliquez pour voir un bref résumé des échanges)

« Dans certaines circonstances, CHATONS doit pouvoir accueillir des structures candidates au collectif qui proposent des services propriétaires »

Le débat a dérivé autour des difficultés pour une structure CHATONS de disposer de son propre matériel libre (jusqu’au BIOS/CPU).

Sur le fait de proposer des services propriétaires, il a été avancé que le public extérieur pouvait considérer le collectif CHATONS comme un « safe space » auprès duquel il est possible de s’adresser pour utiliser des services libres, et qu’autoriser l’hébergement de services propriétaires pourrait légitimer voire populariser leur usage.

« Les CHATONS devraient communiquer sur des plateformes privatives pour sortir les utilisatrices de leurs griffes et ne pas que prêcher des gens convaincus »

L’argument de la légitimisation des plateformes propriétaires par leur utilisation est revenu, auquel il a été invoqué l’enjeu de sortir de l’entre-soi et de cibler de nouveaux publics.

« Il y a trop de laxisme dans l'examination des candidatures du collectif »

Malgré le travail d’analyse des candidatures bien réalisé et consciencieux (chose sur laquelle il semble y avoir consensus), certaines personnes avancent que les structures qui votent auraient tendance à être trop complaisantes.

« Les membres CHATONS devraient faire l'usage de l'écriture inclusive »

Les positions s’orientent en faveur de l’usage de l’écriture inclusive, avec toutefois des débats de fond sur son utilité. Certaines personnes ont suggéré de suivre le style d’écriture recommandé/utilisé par des instances du gouvernement.

« Les chatons devraient s'opposer publiquement a la surveillance étatique »

Position majoritaire sur l’opposition à la surveillance étatique, « pour faire avancer le débat » sur ce sujet. D’autres avancent le manque d’intérêt pour une opposition publique si cette position ne suit pas la logique / la position éditoriale de la structure, et le fait que cette prise de position n’est pas forcément payante / efficace.

« Une structure CHATONS qui utilise GitHub devrait être exclue du collectif »

Quelques arguments contre cette affirmation : les CHATONS s’engagent à contribuer aux logiciels libres, notamment à travers des merge requests − or, la plupart des projets libres sont sur GitHub.

Un contre argument plutôt en faveur de l’affirmation : « les merge requests par mail, ça existe ».

« Les chatons devraient soutenir individuellement ou collectivement Richard Stallman »

La question est très clivante (et n’a pas été bien posée, mea culpa). Les débats n’étaient pas très concluants. Il a été suggéré de ne pas « idolâtrer » la personne quoi qu’il arrive.

« Les structures non francophones devraient pouvoir être intégrées au sein des CHATONS »

Il y a eu un important flux de personnes initialement « d’accord » qui ont changé leur avis en « pas d’accord » lorsque quelqu’un a posé la question « est-ce que ça implique qu’il faudra tenir nos réunions mensuelles en anglais ? ». Il est toutefois évoqué la problématique que le collectif pourrait être excluant envers les personnes qui ne parlent pas anglais.

« Les chatons devraient être garants d’une liberté d’expression absolue sur leurs services »

La question de la neutralité de la modération est abordée, et la définition de « l’absolu » dans « liberté d’expression absolue » est mise en question :

  • Certaines personnes s’expriment pour une liberté d’expression absolue mais considèrent que « l’absolu » s’arrête au cadre délimité par la loi.
  • D’autres considèrent que « l’absolu » s’arrête au cadre défini par leurs propres règles.
« Dans le logiciel libre, ce n’est pas “logiciel” qui est important mais “libre” »

Cette citation et ses nombreuses interprétations ont conduit le débat vers la liberté d’usage des logiciels (au sens des quatre libertés de Stallman). L’enjeu de la philosophie du libre dans le logiciel a également été évoqué.

« Un logiciel libre est prioritaire par rapport a un logiciel accessible »

La question semble partager équitablement deux camps :

  • une moitié qui considère que les outils d’accessibilité ne sont pas tous libres et qu’il n’y a souvent pas d’alternative notamment pour les personnes handicapées, auquel cas il conviendrait d’utiliser des logiciels propriétaires pour cet usage ;
  • l’autre moitié qui considère que les personnes concernées peuvent faire des pull requests pour améliorer l’accessibilité des logiciels libres, ce qui n’est pas le cas dans les logiciels propriétaires, ce pourquoi il ne serait pas acceptable de les prioriser.

Voilà, il s’agit d’une reprise du compte-rendu à ma sauce (avec quelques ajouts anecdotiques tant que c’est encore frais dans ma tête), je me suis permis de vous en faire une exposition puisqu’il peut s’agir de points à approfondir pour trouver des terrains d’entente entre les membres du collectif et potentiellement, des idées pour enrichir la charte ou le manifeste.

~ neil

3 Likes

Salut Quentin et Neil,
Quand j’ai vu le titre, je me suis dit qu’il y aurait le lien pour le dépôt des photos.
J’en propose 3 pour le souvenir et 1 pour illustrer ce que j’aurais voulu faire :
C’est un endroit magique où j’aurais adoré promener mon appareil photo, pour capter les ambiances du petit matin, les avant plans et contre champs à profusion!

Je les stocke pour 7 jours chez Infini.fr : pic.infini

[EDIT]: je réalise juste maintenant qu’il manque la description des images, ce sera mieux quand on aura un dépôt où les partager [/EDIT]

1 Like

Oui, j’imaginais un fil de discussion où on pourrait tout partagé, indistinctement du contenu. Comme ça quelqu’un qui était, ou n’était pas, au camps CHATONS 2022 pourrait explorer ce fil, et avoir une idée ou se remémorer, à la fois l’ambiance et ce qui s’y est dit. J’ai vu aussi pas mal de toots sur le Fediverse qui à mon avis auraient leur place ici, mais j’ai pas bien compris la politique sur les photos alors je n’ose pas bien les repartager ici, qui plus est sans l’avis de leurs auteur-ices.

Pour déposer des photos ou autres fichiers il y a le nextcloud du collectif : https://nuage.chatons.org
Si vous n’y avez pas encore de compte vous pouvez vous y enregistrer et attendre que votre compte soit validé par un·e admin.
Après, pour le camp CHATONS 2022, ca se passe dans le répertoire DOSSIER_CHATONS/Vie du collectif/Camps CHATONS/Camp CHATONS 2022

2 Likes

J’ai créé un dossier photos, j’ai mis celles de immae, j’ai mis les miennes également (de mauvaise qualité mais disons qu’elles servent pour « documenter »).

J’ai juste une interrogation un peu théorique mais à tout mettre dans le Nextcloud, ne risquerions nous-pas d’arbitrairement restreindre l’accès aux informations ? En effet, tous les membres du collectif n’ont pas de compte, au sein de Deuxfleurs je suis actuellement le seul à en avoir, et pourtant ces fragments seront probablement précieux pour donner envie à des gens de venir, pour pouvoir se projeter dans l’ambiance, non ?

Tu peux faire un lien de partage public en lecture seule, ce qui permettra de diffuser le dossier sans problème avec tout le monde :slight_smile:

Oui enfin si c’est pour y mettre des photos de personnes, c’est peut être pas idéal…

1 Like

Je me permets de rebondir là dessus, est-ce qu’on pourrait documenter la politique vis à vis du droit à l’image qu’on aimerait suivre et la relayer pour les prochaines fois ?

J’ai bien entendu pendant le camps qu’il y avait eu des moments comme ça de friction : il y a des visages qui traînent sur les réseaux sociaux ce n’est pas bien. Indépendamment de cet évènement, il me semble que Angie a dit qu’elle prenait le parti de flouter tous les visages dans ses documents.

Dans notre cas, l’idée là serait que si il y a des visages, il ne faut pas partager publiquement le dossier qui les contient ? Ou alors peut être qu’il ne devrait pas y avoir du tout de visages, y compris dans le dossier Nextcloud ? Ou alors flouter tous les visages ? Est-ce qu’on veut un système plus complexe où certains membres du collectif pourraient partager un accord en amont pour que leur photo soit relayée publiquement sans floutage ?

Je comprends les frustrations, mais est-ce que pour avancer on aurait pas besoin de poser un cadre clair ?

2 Likes

Je plussoie, je souhaite aussi qu’on se mette au point là dessus.

Actuellement, il y a deux comptes non activés :

Est-ce que je suppose bien afin d’activer ou non ces comptes ? Aidez moi siouplait :smiley_cat:

Salut, oui hougo c’est moi :slight_smile:. Merci.

Je pense que la situation est claire : puisque personne n’a signé d’autorisation de droit à l’image pendant le camp CHATONS, les photos qui y ont été prises et qui permettraient l’identification de personnes ne doivent pas être diffusées publiquement. Il est donc nécessaire de flouter les visages si l’on souhaite utiliser certaines photos.

Si vous partagez un lien vers le dossier NC, cela ne peut être qu’auprès de personnes dont vous avez l’assurance qu’elles ne diffuseront pas publiquement ces photos (qu’elles se limiteront à les consulter).

Ça me semble hyper complexe à mettre en place car ça voudrait dire qu’à chaque photo prise, on demanderait aux personnes n’ayant pas donné leur accord de sortir du champ… vraiment compliqué il me semble.

Mon avis : le camp CHATONS est un événement privé et je ne vois pas vraiment en quoi il serait nécessaire d’en diffuser des images en dehors du collectif. Si c’est pour illustrer un billet de blog ou le cahier des CR, alors il faut s’arranger pour prendre des photos qui ne permettent pas l’identification des personnes présentes (de dos) ou flouter à postériori les visages.

On peut théoriquement retrouver ces personnes et leur demander de signer l’autorisation de droit à l’image.

On peut, mais je doute fortement que quelqu’un ait envie de faire ce boulot là… Et surtout, je trouverais plus intéressant de concentrer nos énergies sur les activités du collectif (y a pas grand monde qui s’investit dans les groupes de travail)

Respecter le choix des personnes à ne pas être reconnu sur les photos, c’est fondamental. Mais la gestion peut devenir très vite très lourde. Dans les systèmes qui se pratiquent dans des événements, il y a le truc de porter un autocollant visible sur soi, pastille verte ou autre, pour expliciter son consentement. Ainsi, un photographe peut plus facilement gérer ses cadrages et même après l’événement vérifier visuellement la présence des autocollants. Une piste à étudier pour un prochain camp.

5 Likes

Bonsoir,
Alors, j’avais tenté de flouter « sans trop le faire », d’abord grâce à mon Fairphone qui a jugé plus pertinent de passer en mode HDR… Puis avec un filtre GIMP peinture à l’huile, qui tue les identifications par IA.
Mais en les revoyant, on reconnaît quand même vachement l’assistant du professeur perché…
Je vais le contacter en MP, et sinon, je flouterais franchement.
A+

1 Like

Hello ! :grinning:

Je trouve la technique des points verts (ou autre identifiant) en théorie super chouette ! Autant des personnes peuvent souhaiter ne pas être prises/diffusés, autant je comprend aussi le défi de documenter en temps que photographe. Personnellement je cherchais justement une façon de dire « prenez moi en photo si ça vous arrange » pour m’identifier auprès des photographes, mais qui ne polluerai pas l’espace sonore si précieux ou ne demanderai pas d’énergie sociale :yum:.

Je n’ai pas pris de photos du camp CHATONS car c’était en effet trop complexe et lourd. Mais des amies à qui j’ai raconté l’expérience m’en ont demandés par curiosité et excitation vis à vis d’un tel rassemblement.

Pour ma part, je trouve un intérêt dans les document photographiques : pour moi ça va dans le sens de donner du corps à internet. Montrer des humain·e·s qui se retrouvent pour échanger sur internet dans un lieu non-urbain propose une narration opposée à la plupart des imageries dominantes d’internet (nuages, baies de serveurs alignés, open spaces blancs…). Pour moi c’est aussi fort que de montrer un serveur physique à des personnes curieuses, mais dans le côté humains/artisans qui y travaillent.

Enfin bref, il y aussi une bataille sur le champ des images je trouve l’enjeu pas anodin, d’autant que le camp CHATONS me semble précieux en terme d’imaginaire qu’il convoque.

PS blague : plutôt que de flouter en post-prod, on pourrait alors rajouter des points verts aux personnes qui n’en avaient pas :crazy_face:

4 Likes

Vu que j’ai pas reçu de mp, il semblerait que l’identification a failli :smiley_cat: Sans doute un pb d’IA .

Je donne le point vert pour la photo.

Et juste pour faire baver @120 ainsi que notre cher professeur perché, je vous enverrai une image du prochain lancement de fusée en direct live de Guyane où je vais (essayer) de travailler qq temps.

2 Likes

Pour signaler que l’on souhaite ou non être filmé ou pris en photo et que cette info soit aussi disponible quand on est de dos on avait mis un truc en place au State of the map: le collier de badge de couleur différente.
ça a fonctionné super bien.

Allez zou, j’ai rajouté 1 Giga de photo et quelques bouts de vidéos d’ambiance dans le dossier de photos du camp, on y voit notamment l’arrivée du train du Jeudi avec les premiers chatons livrés par diesel :smiley:
du moulin sous tous les angles, des ateliers, un peu de nuit étoilée -
J’ai pas pu filmer les petits lapins du soir qui jouaient à courir sur les routes, ainsi que bambi qui gambadait, mais ils étaient là aussi.

1 Like