Comment bénéficier des fonctionnalités entreprises (sous licences non libres) tout en respectant la charte CHATONS

#1

Bonjour à tous,

Une question un peu réthorique pour le collectif :slight_smile:. Peut-on souscrire à une édition entreprise (avec une license non libre) d’un logiciel tout en respectant la charte CHATONS?
Ou plutôt: Comment bénéficier des fonctionnalités entreprises (sous licences non libres) dans logiciel tout en respectant la chartre CHATONS?

Par exemple avec OnlyOffice comme discuté içi Dépasser la limite d'Onlyoffice pour Nextcloud on a donc plusieurs options:
1. On souscrit à l’édition entreprise pour ne pas avoir la limitation et potentiellement d’autres fonctionnalités - je ne sais pas si c’est le cas d’ailleurs pour OnlyOffice
2. On fait péter la limite nous même avec soit un build fait maison soit en la contournant en loadbalancant plusieurs instances (théoriquement c’est possible). En gros on fait un fork et on le maintient avec une version Community Enterprise à la centos :wink:
3. On souscrit à l’offre support tout en continuant à adopter l’option 2.

On peut avoir la même problématique avec du Gitlab, Rocketchat, Mattermost etc. qui sont, si je ne dis pas de bêtises, sur des modèle économiques open-core avec une version communauté et une version entreprise.

A vrai dire je ne me pose pas, pour l’instant, la question pour ces autres logiciels, par contre pour OnlyOffice je me retrouve face à cette problématique aujourd’hui.

Donc de mon point de vue, l’option 1 est hors équation.
Si j’adopte l’option 2, je ne contribue pas directement au développement du logiciel et il va falloir investir pas mal de ressources. Je vais avoir besoin de vous.
Si j’adopte l’option 3, c’est la double peine.

Qu’en pensez vous ?

2 Likes
#2

Il y a une quatrième option (et j’ai l’impression que c’est la plus fréquemment adoptée): faire un build maison non maintenu en priant pour qu’il tienne le plus longtemps possible.

Et une cinquième (qui est celle que j’adopte mais qui n’est pas la plus populaire) qui consiste à considérer que les anti-features font partie de la distribution libre et ne pas tenter de les enlever. Ce qui peut vouloir dire se retrouver sans solution du tout ou bien se tourner vers une autre solution qui présente peut-être d’autres inconvénients mais pas celui la.

Un autre cas qui m’intéresse particulièrement est Signal dont les développeurs ne sont pas intéressés du tout par la dynamique libre, au point de ne pas être amicaux à l’idée d’être packagés pour Debian GNU/Linx et/ou Ubuntu. La question se pose donc de maintenir un package sur un dépôt tiers, avec les mêmes problèmes de charge de travail. Du coup il y a de nombreux contextes ou je n’utilise pas Signal parce qu’il n’est pas packagé et je suis obligé de me tourner vers des solutions qui sont techniquement moins bien mais qui ont une charge de maintenance plus faible.

Mes 2cts :wink:

2 Likes
#3

En effet, j’aimairais bien réussir à sortir de ce mécanisme :slight_smile:

Oué c’est là où ca fait mal à la tête, je pense en effet que le plus important dans un projet libre au-delà du contenu technique de la licence c’est l’intention qui est mise. Et donc théoriquement si il y a des anti-fonctionnalités je devrais respecter ce choix.
C’est compliqué… J’aimerais trouver un modèle de contribution autre

2 Likes
#4

Mon point de vue d’amateur sur deux aspects : l’aspect légal (la licence) et l’aspect philosophique.
(PS : je ne suis ni juriste ni philosophe)

Tout d’abord le cadre légal (exemple d’OnlyOffice, AGPL v3) :
Le développeur est libre d’inclure ce que bon lui semble dans son code, dont une “anti-feature”.
Le modifier pour s’en affranchir en vu de l’utiliser comme bon nous semble est également un droit selon l’AGPL.
Il est néanmoins nécessaire de mettre à disposition du public la version modifiée.
Donc, d’un point de vue légal, pas de problème.

Maintenant du point de vue de la philosophie du Libre, implémenter une fonctionnalité qui, in fine, bride le logiciel me parait plus que limite au vu des valeurs qui sont promues par ce mouvement (mais cela ne poserai peut-être pas de soucis du point de vue de l’Open Source ?).
Dans son manifeste GNU, Richard Stallman indique “[…]Soutirer de l’argent aux utilisateurs d’un programme en restreignant son usage est destructeur[…]”.

On en revient, il me semble, inlassablement à la question des modèles économiques en lien avec le logiciel libre qui viennent régulièrement se heurter à ses valeurs.

1 Like
#5

Bien dit :slight_smile: On pourrait même varier la formulation en définissant un modèle économique logiciel libre comme une façon de générer un revenu sans heurter ses valeurs. Du coup les modèles Open Core n’en font pas partie, puisque le revenu ne vient pas du logiciel libre mais des extensions propriétaires. Et ceux qui exploitent ce qu’ils pensent être des faiblesses des licences (je pense à https://gpgtools.org/ ou https://grsecurity.net/ par exemple) n’ont pas non plus de modèle économique libre puisqu’ils heurtent ses valeurs en plus de jouer avec les termes des licences. Mes 2cts de philosophie de comptoir, à prendre moyennement au sérieux :smiley:

2 Likes
#6

Dans ce cas, le seul modèle possible est l’offre de licence de support payant mais pour que cela fonctionne il faut que l’outil soit très technique.

Rancher Labs avec son produit Rancher en est un exemple, par contre, maintenant qu’ils sont rachetés par SuSE, pas certain que ce modèle perdure.

2 Likes
#7

En français, on dirait « contrat (de maintenance, de formation, de suivi…) », c’est plus simple. Mais comme les clients apprécient généralement d’être enfumés par un jargon incompréhensible, c’est correct. :wink:

2 Likes
#8

En l’occurrence c’est moi qui me suis mal exprimé, ils parlent bien d’un service d’assistance technique et non d’une licence précisément.

2 Likes
#9

Quand même préciser que généralement quand on en arrive à devoir dépasser la limite même artificielle c’est que l’on a une base utilisateurs conséquente et parfois (souvent?) un budget possible pour rétribuer le travail des développeurs.

#10

Oui en effet arrive un stade où probablement on peut payer le support, on est d’accord c’est d’ailleurs déjà écrit dans ma point 3. Là n’est pas la question dans ce sujet.

Si je paye le support et que je bénéficie d’un onlyoffice sans limitation et donc de la version non libre du logiciel alors exit CHATONS parce que je ne respecte plus la charte.

Ma question n’est pas comment éviter de payer ? Mais comment comme bénéficier de fonctionalités non libres tout en restant libre ?

1 Like
#11

Dans le cas précis de OnlyOffice cela reste un logiciel libre vu que malgré la limitation, le code reste ouvert, librement modifiable et librement redistribuable, non ?

#12

Not really :slight_smile:

It is a feature and not a bug apparently :wink: