Organisation du parrainage

proposition
#1

Bonjour à tous, avec un petit peu de retard suite à quelques intempéries côté TeDomum ; aussi, navré pour le délai (j’avais promis de créer ce thread dès samedi).

Suite à la réunion d’avril, et dans la continuité du thread (Réflexions autour du processus de validation des candidatures), nous sommes pour la plupart d’accord – indépendamment du mode gestion des candidatures elles-mêmes – pour accompagner au moins les CHATONS candidats qui le souhaiteraient afin de faire aboutir leur projet et de se rapprocher des attendus du collectif. Reste à déterminer le mode de fonctionnement d’un tel parrainage.

Je pose à suivre les principales questions qui me semblent nécessaires à soulever ; n’hésitez pas à aborder d’autres sujets, je tenterai de mettre à jour le message original avec la liste des sujets débattus. Je pose aussi quelques pistes pour orienter le débat, qui ne sont absolument pas exhaustives ou contraignantes (et je ne mettrai pas la liste à jour, le débat est porté dans la suite du fil de discussion).

Je propose que les contributeurs au fil alimentent un résumé des arguments lorsqu’ils en ont le temps, sur le pad suivant : https://pads.tedomum.net/p/CT8t_ESzsgAzVp8HeZC4 .

Qui parrainer

Première question : qui parrainer ? Une chose est sûre, parrainer tous les volontaires à créer de petits hébergeurs représente une charge de travail importante ; plausiblement, cette charge serait trop importante même en faisant avec l’effort de tout le collectif.

Nous pourrions décider de parrainer les apprentis CHATONS qui en font la demande.

Nous pourrions poser des critères d’acceptabilité pour un parrainage : être suffisamment avancé dans la réflexion et la démarche pour construire ensemble sur ces bases.

Nous pourrions poser un critère de projet pour un parrainage : juger ou approuver des projets qui méritent l’appui du collectif pour devenir des CHATONS.

Nous pourrions poser des critères inverses : un CHATONS suffisamment mûr pourrait avoir moins besoin de notre contribution qu’un débutant.

Parrainer par qui

Ensuite : par qui ? Qui dit parrainage dit parrain(s) et marraine(s). Comme évoqué en réunion, il nous faut de la souplesse, mais un cadre quand même, donc au minimum un mode nominal pour pouvoir le présenter dans nos documentations.

Nous pourrions utiliser une forme classique en collectif : un membre existant parraine le membre candidat. Donc un CHATONS existant en tant que parrain.

Nous pourrions étendre et parrainer par plusieurs CHATONS lorsque nécessaire, par exemple pour des questions de disponibilité.

Nous pourrions parrainer par des individus, membres de CHATONS, soit d’un même CHATONS, soit de plusieurs CHATONS.

Qui parraine qui

Comment associer parrain(s) et marraine(s) à un CHATONS qui doit être parrainé ?

Nous pourrions nous porter bénévoles, cela assuerait de la volonté, et donc de la disponibilité.

Nous pourrions tirer au sort en assurant la bonne répartition de la tâche au sein du collectif, possiblement au détriment de la disponibilité des tiré·e·s au sort. Nous pourrions alors tirer au sort des CHATONS ou des individus.

Nous pourrions répartir, par tirage au sort ou autre méthode, en fonction de la disponibilité annoncée.

Nous pourrions répartir, en fonction des attendus du futur CHATONS parrainé, des domaines de compétences requis, du niveau d’expertise requis.

Nous pourrions laisser le futur CHATONS parrainé décider.

Parrainer sur quoi

Les CHATONS candidats doivent travailler à leur structure et au respect des critères du collectif, dans leurs nombreux aspects. Sur lesquels sommes-nous suffisamment sachant·e·s pour accompagner ? Sur lesquels accompagnons-nous ?

Nous pourrions accompagner sur l’aspect administratif, la création de structure, associative, collective, ou toute autre forme pour laquelle nous avons le retour d’expérience.

Nous pourrions accompagner sur les aspects légaux, notamment les enjeux de la qualité d’hébergeur, les responsabilités associées aujourd’hui et les responsabilités envisagées pour demain, les enjeux liés aux données à caractère personnel.

Nous pourrions accompagner sur les aspects techniques, notamment le choix de l’hébergement, le mode de configuration des machines, le choix des services à héberger, la configuration des services, etc.

Nous pourrions accompagner sur les aspects éthiques, les valeurs qu’un CHATONS peut endosser, la manière de les décliner dans sa gestion au quotidien, des libertés individuelles à l’écologie (la liste pourrait être très longue).

Parrainer comment

Y a-t-il une bonne façon de parrainer ? Doit-on disposer de lignes directrices ? Sur tous les aspects du parrainage, il demeure une grande part aux préférences et aux habitudes : chacun préfère tel ou tel type de structure, telle ou telle façon de configurer une machine, telle ou telle valeur mise en avant plutôt que les autres.

Nous pourrions exiger de la pédagogie, afin d’exposer les choix avec neutralité, sachant toutefois que les biais sont inéluctables.

Nous pourrions donner une ligne directrice, avec les quelques choix privilégiés par le collectif, à décliner en fonction des sohuaits du CHATONS parrainé.

Nous pourrions admettre cette diversité et la diversité qu’elle impactera sur les CHATONS parrainés puisque chacun transmettra sa façon d’être et de faire.

Quel vocabulaire

« Parrainage » est un vocabulaire qui risque de ne pas convenir à tout le monde, en particulier parce qu’il est connoté religieusement. « Parrain » est par ailleurs fortement genré.

Nous pourrions conserver ce vocabulaire et indiquer explicitement que nous sommes conscients des biais éventuellement associés et que nous les assumons.

Nous pourrions adopter un vocabulaire technique et neutre, quelques idées : mécène, guide, mentor.

Nous pourrions adopter un vocabulaire félin comme nous le faisons pour la litière, etc.

1 Like
#2

Merci @kaiyou ! Super exercice d’identification des questions sur le sujet.

En revanche, je crains que les réponses à ton post en commentaires partent vraiment dans tous les sens et que tu perdes un temps fou ensuite à t’y retrouver. Est-ce que mettre tout cela sur un pad, qui permettrait, question par question, à chacun d’ajouter son point de vue ne serait pas plus lisible et donc te demanderai moins de temps de synthèse ensuite ?

Ca reste une suggestion, à toi de voir !

#3

Merci pour la suggestion, j’ai rajouté un lien vers un pad pour que chacun contribue à résumer les arguments pour y voir clair sans que l’effort me soit insurmontable. J’essaierai de mettre à jour le pad régulièrement de ce que les contributeurs n’auront pas renseigné.

#4

Je relance le sujet avec quelques bouts de mon point de vue.

D’abord, bien qu’il me semble assez séduisant d’avoir un CHATONS parrainant un CHATONS, j’ai le sentiment que cela aura un double effet indésirable : d’abord ce sera flou pour le parrainé parce que c’est une structure en face, et on ne fait pas une visio avec une structure, on ne fait pas un glou avec une structure ; ensuite, ce sera flou pour le parrain, et je pressens une forme de dillution de la responsabilité et l’absentéisme associé.

Je suis donc plutôt favorable, même si ce sera plus difficile à présenter niveau communication, d’avoir des parrains individus, des personnes identifiées, experiméntées chez un CHATONS. Cela exclut donc aussi le tirage au sort parmi les membres du collectif, il faut un lot de personnes bénévoles, où l’on choisit ensuite.

On pourrait donc toujours choisir par tirage au sort parmi les bénévoles, mais comme l’option était surtout destinée à répartir la charge et à ce que tous les CHATONS participent, je serais bien plus favorable d’un mode où le parrainé a le choix. Les bénévoles se présenteraient, exposeraient leur état d’esprit, leurs domaines de prédilection, quelques traits de leurs opinions, et le futur CHATONS présenterait son projet, son niveau d’avancement, identifierait un ou deux bénévoles potentiels qui semblent répondent à son besoin ; on choisirait éventuellement ensuite celui qui estime avoir des disponibilités compatibles avec l’avancement et le projet (et bien entendu, on pourrait refuser si on anticipait une incompatibilité quelconque).

Cela veut dire de facto : un parrainage orienté, par la compatibilité entre un projet d’une part, une façon de faire et des opinions d el’autre.

Quant-au vocabulaire, je trouve que le genre animal nous ôte beaucoup de la complexité, je proposerais donc bien un MATOU par exemple, avec un rétro-acronyme à trouver :smiley: