Pot commun entre CHATONS pour financer des contributions logicielles?

Bonjour à tous,

Je n’ai pas trouvé de trace dans le forum de mentions où plusieurs CHATONS organiseraient ou financeraient ensemble le développement de fonctionnalités pour des services libres qu’ils utiliseraient. Je trouve l’idée séduisante, bien que présentant des difficultés de plusieurs niveaux, et je voulais échanger avec vous à ce sujet.

edit: ah bah si il existait un autre sujet, mais c’est peut-être l’occasion pour reprendre la discussion ?
@Martin @Maxime @unteem @pierre est-il ressorti des choses intéressantes de votre discussion ?

Financer collectivement des fonctionnalités de logiciels libres ?

L’avantage principal est double : soutenir des projets libres, financièrement ou directement en développement, et améliorer la qualité de services des CHATONS. Mais les difficultés sont nombreuses :

  1. Première difficulté : il faudrait que suffisamment de CHATONS aient de l’argent à dépenser. J’imagine que ça n’est pas toujours le cas pour des petites structures. Aurait-on ensemble un budget suffisamment conséquent pour arriver à financer quelque chose d’utile ?
    J’imagine qu’une solution à cela pourrait être un système de « cotisation » : on met régulièrement de l’argent dans un pot, et lorsque le pot est suffisamment gros on choisit une fonctionnalité à soutenir.

  2. Seconde difficulté : il faudrait que suffisamment de CHATONS aient des besoins suffisamment alignés. J’imagine qu’on a tous notre liste au père Noël, mais souhaite-t-on des choses communes ? Quelques outils semblent populaires parmi les CHATONS, j’imagine que Nextcloud pourrait être un candidat par exemple.

  3. Troisième difficulté, il faut un processus pour décider collectivement quelle fonctionnalité soutenir. Ça peut aller de la discussion informelle à un processus de décision plus cadré s’il y a plus de monde.

  4. Quatrième difficulté : il faut probablement un processus pour évaluer un prix plancher pour que le financement ait des chances de réussir. Comme pour un crowdfunding classique, atteindre une somme trop faible compromet la réussite du projet par manque de moyens.
    Comment évaluer justement quel est le prix plancher à fixer ? Cela peut être dépendant de la taille, de la technicité de la fonctionnalité à implémenter, et des prix du marché pour du travail de développement. Le développement doit-il être payé à l’objectif ou au temps passé ?

  5. Cinquième difficulté : il faut des outils pour implémenter ces processus. Pour réunir des fonds et déclencher le projet à l’atteinte des prix plancher, j’imagine que n’importe quelle plateforme de crowdfunding ferait l’affaire. Je ne connais par contre aucun logiciel libre de crowdfunding à l’heure actuelle.
    Pour choisir et décider collectivement de fonctionnalités à développer j’imagine que les outils seraient très dépendant du processus de décision, et qu’il est donc peu probable qu’il en existe déjà.

  6. Sixième difficulté : il faut trouver quelqu’un pour développer la fonctionnalité. Comment trouver une personne compétente et dont les tarifs sont dans l’enveloppe ? J’imagine que les premières personnes à qui s’intéresser seraient les mainteneurs actifs du logiciel.

  7. Septième difficulté : il faut un processus pour décider collectivement à qui confier la tâche parmi les candidats possibles, et éventuellement un outil pour l’implémenter.

  8. Huitième difficulté : comment contractualiser avec les développeurs ? Je suppose qu’il faut identifier un intermédiaire : une association comme Framasoft ? J’imagine que cela représente un travail additionnel de gestion qui peut être difficilement partagé. L’intermédiaire devrait-il être rémunéré pour ce travail ?

  9. Neuvième difficulté, et non des moindres : il faut que les fonctionnalités d’un logiciel donné qu’un collectif souhaitent soutenir entrent dans la feuille de route du logiciel. Parfois c’est clairement identifié par l’équipe de mainteneurs, parfois il est nécessaire de leur proposer les évolutions à réaliser, et parfois c’est incompatible. Un refus des mainteneurs serait une fin de non recevoir pour le projet, à moins d’un fork et des risques qu’il comporterait.

  10. Dixième difficulté : Intégrer des fonctionnalités upstream est sensiblement plus compliqué que développer une fonctionnalité isolée « vite fais mais qui fonctionne ». Les critères de qualité des logiciels libres peuvent être très stricts. Il peut être nécessaire de beaucoup communiquer avec l’équipe de mainteneurs pour connaître ses attentes. Se plier au formalisme attendu (architecture du code, choix d’implémentation, documentation, formalisme sur les commits, style de code etc.) peut représenter un travail qu’on n’aurait pas eu besoin de fournir pour un développement isolé.

  11. Onzième difficulté : Une fois le développement terminé, comment contrôler que les objectifs ont bien été atteints ? S’ils le sont partiellement, comment identifier la responsabilité entre les mainteneurs, le développeur de la fonctionnalité, les personnes qui ont formalisé les besoins de la fonctionnalité ? Que faire si le travail réalisé ne correspond pas aux atteintes du collectif, ou d’une partie du collectif ?

Ce qu’on aimerait soutenir

Par exemple, à Yaal Coop nous serions prêts à soutenir financièrement le support d’invités dans la pile Matrix/synapse/Element.

Parmi les outils de communication, il est des alternatives libres qui se battent contre des services interopérables, comme le mail. En effet un CHATON proposant un service de mail peut proposer une expérience quasi-similaire à un géant du numérique. On peut communiquer avec le service mail d’un CHATON aux mêmes personnes qu’avec le service mail de Google.

Cependant ce qui est vrai pour le mail ne l’est pas avec la messagerie instantanée, et Matrix/Element/Synapse souffre de ne pas pouvoir s’interconnecter (du moins facilement) avec Whatsapp, Facebook Messenger, Signal etc. Il est compliqué d’attirer quelqu’un sur un service de messagerie instantanée où son cercle de contacts n’est pas encore.

On aimerait beaucoup que depuis Element, on puisse inviter à discuter des personnes ne possédant aucun compte Matrix sur aucune instance. L’invitation pourrait se faire par lien, par email ou par SMS. L’accès à notre CHATON étant payant, seuls les membres pourraient créer des salons et inviter des contacts.

Vous en pensez quoi ?

Quelques questions :

  • Vous seriez prêts à financer des fonctionnalités pour des projets que vous utilisez ?
  • Si oui, quelle somme pourriez-vous mobiliser ?
  • Si oui, pour quelles fonctionnalité dans quel projet ?
  • Cotiseriez-vous à une « caisse développement de logiciels libres » en sachant que toutes les fonctionnalités développées ne vous bénéficieraient pas forcément ?
  • Connaissez-vous des outils de crowdfunding libres ?
  • Si un tel outil n’existait pas, participeriez-vous à un crowdfunding pour lancer le développement d’un tel outil ?

Hâte de vous lire
Bises

4 Likes

Une réflexion en cours actuellement dans le collectif : GT une asso pour le collectif CHATONS ?
Si le colllectif se mute en association, les chatons auront un compte bancaire, une structure légale, une organisation de prise de décisions (gouvernance), une réprésentation et un poids.
Cela peux lever un certain nombre des difficultés (comme les 1, 2, 5, 8), par contre cela peux aussi compliquer la nouvelle association.

Pour info : CR de la 1ère réunion du GT le 19/10/2022 ici

Ca remonte un peu cette discussion… je ne sais même plus où l’on a mis le CR…
De mémoire on avait pas mal discuté de la mutualisation de la documentation. C’était un peu prématuré pour discuter argent/pot commun au vu des situations de chacun.

En tout cas le sujet nous intéresse toujours autant chez IndieHosters et on pourrait envisager d’y dédier des ressources en 2023.

J’ai longtemps était inspiré par l’approche de Co-Budget dans le collectif Enspiral. Ils ont développé une app pour faciliter ce processus. Ca pourrait répondre à un certains nombres des points que tu as soulevé, en particulier le point 2, 3 et 5. Enfin pour le 2… si on est pas aligné, on arrivera pas à débloquer suffisamment de fonds… Ca peut faciliter le processus de vote et mettre en visibilité les besoins identifiés par les membres du collectif en tout cas.

En gros de ce que j’en ai compris à l’époque, chacun contribue à un pot commun, l’argent est redistribué, soit en part égale soit chacun possède la somme qu’il a mis dans le pot commun. Chacun peut proposer des projets dont les coûts ont été évalués (le prix planché dont tu parles). Et ensuite on peut assigner X€ de sa part dans le pot sur tel ou tel projet, une fois la somme atteinte le projet peut être réalisé.

En effet comme l’a dit @Laurent ça pourrait être la future structure CHATONS qui peut prendre en charge la partie administrative. Bon ça implique aussi que cette structure aurait aussi des coûts avec notamment la proposition d’un recrutement pour la coordination CHATONS ça ferait déjà une charge important sur le collectif… Ca fait un peu mal à ton point 1.

Dans tous les cas, structure CHATONS ou pas. La partie contractualisation ne fait pas tant peur, il y a pas mal de structures qui pourraient faire l’intermédiaire, ça me parait assez simple à gérer.

Pour les points 4, 6, 7, 9, 10 et 11. Je fais un gros lot :upside_down_face:… c’est de la gestion de projet. Je dirais que c’est à la charge de la ou les personnes qui font la proposition de gérer cette partie et de bien faire leur devoir et aux autres de leur faire confiance. C’est beaucoup de travail clairement, on est en plein dedans, notamment pour trouver un·e dev pour Nextcloud :upside_down_face:

Ceci étant dit, chez IH. Oui on est intéressé, difficile de te donner un montant de contribution, d’ici la fin de l’année quand on aura un peu plus de recul sur notre prévisionnel je pourrais te donner plus de matières. On a toujours eu l’objectif de dédier une part de notre chiffre d’affaire pour des projets open source, mais bon on a déjà du mal à se payer correctement…
En tout cas on commence à être de plus en plus solide niveau finance et on prend la direction de faire, soit nous même soit via des freelances, de plus en plus de contributions dev. On recherche d’ailleurs actuellement une personne Recherche un·e dev php Nextcloud pour une mission court terme (d’ailleurs ca vous intéresse chez yaal ?) et si nos finances nous le permettent à terme on aimerait bien avoir un·e dev dans l’équipe.

Un truc qui reviens régulièrement dans mes réflexions, c’est de monter un fonds de dotation qui fonctionnerait justement sur ce modèle de co-budget. Ca permettrait de récolter du dons pour financer des contributions à des logiciels open source. Tout un projet :stuck_out_tongue:

2 Likes

Je ne suis pas certains d’avoir tout bien compris. Pas sûr que ce soit l’endroit pour en discuter non plus, on risque de mélanger deux discussions mais bon j’y vais quand même…

Concrètement je veux inviter quelqu’un sur un canal Matrix, je lui envoie le lien et je tombe sur un truc similaire à matrix.to ? Je tombe sur une liste de CHATONS chez qui je peux m’inscrire (payant ou non), un peu comme pour Sign Up - Nextcloud ?

On en discutait récemment en interne, c’est en effet compliqué d’inviter une personne dans un canal matrix. Même si cette personne a déjà un compte d’ailleurs, pas dit que le côté multi-client, choix du serveur soit bien compris.

Je te propose de faire l’exercice, description complète du besoin, estimation du temps de travail, upstream ou service tiers etc etc. :slight_smile:

Pour le contexte, je suis fraîchement inscrit et pas encore Chaton (mais suis avec intérêt l’initiative depuis plusieurs années). Si je peux néanmoins me permettre de suggérer sur ce point N°3 des critères essentiels pour sélectionner des logiciels à améliorer dans le cadre d’un bien commun:

  • logiciel libre → indispensable pour la transparence et pérénité; en cohérence avec la charte CHATONS :slight_smile:
  • respect de la vie privée (pas de tracker dans le projet, au plus en Opt-In) → en cohérence avec la charte CHATONS :slight_smile:
  • cadre et gouvernance du projet (projet porté par 1 personne vs groupe informel vs association vs entreprise ; décisions autoritaires vs participatives) → le critère du logiciel libre permet de sauver les meubles si le projet s’arrête ou prend une mauvaise tournure, mais assurer la maintenance d’un fork d’un gros projet peut s’avérer inatteignable pour ce collectif et anéantir l’effort apporté.
  • décentralisé → évident dans le cadre CHATONS :slight_smile:

Ainsi que des critères secondaires, à considérer mais moins binaires :

  • interopérabilité → relativement évident dans le cadre CHATONS (même si pas présent dans la charte)
  • sécurité (pas de faille connue sans correction rapide)
  • accessibilité de l’interface
  • internationalisé ou au moins dispo en langue française
  • ratio consommation ressources / service rendu raisonnable → limiter l’impact environnemental (facilite la réutilisation matériel « ancien »)

Côté Cloud Girofle, la question nous intéresse toujours (depuis notre réu il y a un an), on avait effectivement pas mal parlé de doc, et cette année on commence à avoir un mini-budget pour du développement. On a en interne du mal à voir quelles sont les fonctionnalités qu’on voudrait développer et qui seraient et maintenables facilement et dans notre budget, et on est preneur⋅es de mutualisation là-dessus (plutôt sur la suite NC/OO), mais ça peut être autre chose. Si jamais il y a l’option d’aider à financer un développeur, ça peut complètement s’envisager.

Ce n’est pas Matrix/Element/Synapse qui souffre de ne pouvoir s’interconnecter aux réseaux fermés. Ce sont les GAFAM qui ne permettent aucune interopérabilité de leurs réseaux de messagerie.

Ceci dit la problématique que tu exposes ressemble beaucoup à celle qu’on a partiellement résolue sur sans-nuage.fr avec des salons bridgés entre matrix et Signal et Whatsapp. cf Lancement de la passerelle entre Signal, Element/Matrix et WhatsApp - Annonces - Alsace Réseau Neutre documentation:sans-nuage:whatsapp [Alsace Réseau Neutre] et documentation:sans-nuage:whatsappbridge [Alsace Réseau Neutre] (la doc’ est WIP)
Je pense que moyennant une petite adaptation de notre code, votre cas d’usage devrait être réalisable. Si quelqu’un d’autre s’y intéresse ça nous motivera à faire une doc’ propre :smiley:

Ou alors tu parles purement de guest access, et là c’est compliqué car c’est un choix produit d’Element de ne pas le supporter Give us back ILAG guest login, please! · Discussion #728 · vector-im/element-meta · GitHub Make it easier to get people chatting (guest access) · Issue #340 · vector-im/element-meta · GitHub

Je t’invite à venir en discuter en ligne ou à Strasbourg lors d’une de nos prochaines réunions Alsace Réseau Neutre (@arnfai)

Sur la thématique Matrix et interopérabilité je t’invite à parcourir le forum
https://forum.chatons.org/search?q=interoperabilit%C3%A9

Pour information, c’est tout neuf, porté par des acteurs crédibles :

3 Likes

Pour info, le futur site web emancipasso.org comportera un espace « petites annonces » dans lequel les associations pourront indiquer leurs besoins de développement afin d’identifier plusieurs structures qui partageraient les mêmes besoins et de mutualiser les coûts de développement. Des développeur⋅ses pourront aussi y proposer leurs services. C’est davantage pensé comme une plateforme de mise en relation, mais on pense aussi qu’on pourrait y intégrer des fonctionnalités pour que les associations y organisent le financement. C’est encore en réflexion…

Ce site ne sortira de toute façon pas avant la fin du premier semestre 2023 et ne concernera que les acteurs associatifs, mais une fois qu’on aura développé un système technique pour cet espace, il sera potentiellement possible de l’utiliser dans une version dédiée au collectif CHATONS. A voir donc…