Un chaton au sein d'un établissement scolaire?

#1

Bonjour à tous !

J’ai profité ce cette période de confinement pour gamberger pas mal sur le libre et sur ma volonté de positionnement en tant que chaton. Je suis depuis toujours un libriste convaincu, mais assez peu pratiquant : j’ai cédé aux sirènes des GAFAM par paresse et par simplicité. C’est un comble, car je me débrouille sur le plan technique (pour un amateur, j’entends), et j’ai toujours eu les moyens d’être libre et indépendant de ces grosses boîtes. Depuis quelques mois, je fais le grand nettoyage et je dégooglise ma vie peu à peu, un pas après l’autre, et il m’arrive régulièrement d’être découragé, de me sentir vraiment emprisonné dans une cage qui s’est refermée petit à petit, sans que je m’en aperçoive. Bref, je le vis bien dans l’ensemble, chaque étape supplémentaire est une petite victoire, mais il y a cette amertume de fond. Tout ça pour amener mon point de départ :

Si seulement on m’avait dit, quand j’étais ado, de faire attention à tout ça, j’aurais pris la question bien plus au sérieux et j’aurais pris la peine de rester en marge de tout cela !

Dans la vie, je suis enseignant, en lycée professionnel. Et je pense (peut-être à tort) que les contenus éducatif au sujet du monde du libre sont vraiment pauvres voire inexistants. J’ai donc un petit projet qui émerge, doucement, de création d’asso qui aurait pour objectif la promotion du libre dans l’éducation, en mode chaton.

  • Ça pourrait passer par la mise à dispo d’un certain nombre de services aux élèves :

    • une adresse mail qui pourrait courir sur l’année scolaire
    • un espace de stockage dans le cloud relativement limité
    • un système de gestion de tâches à réaliser, pour peut-être les aider à s’organiser
  • Mais également l’occasion d’explorer les réseaux décentralisés-fédérés ?

    • un système de blogs minimalistes pour que chacun puisse s’exprimer ?
    • la mise à dispo d’une instance mastodon ?
    • une instance peertube pour les “youtubeurs en herbe” ?
    • une instance funkwhale pour les musiciens-artistes ?
  • Et ensuite des interventions plus spécifiques, sous la forme d’opérations spéciales :

    • culture du libre et de l’open source
    • expériences (framapad, projets à développer de façon commune, création d’un wiki à l’échelle du lycée pourquoi pas ?)
    • le respect du “champ de liberté des autres” dans un monde sans censure, le besoin de se responsabiliser dans ses interactions aux autres
    • comment se “dégoogliser” ? reprise de la campagne framasoft pour dégoogliser internet, avec des conseils proposés à cette jeune génération, pour leur donner des outils que j’aurais bien aimé avoir quand j’ai découvert tout ça et que je me suis laissé avoir par le tout gratuit super performant, au prix de la collecte-revente de mes données personnelles

Ça peut aussi être l’occasion de parler du “bien vivre ensemble”, d’évoquer la censure face à la modération, de souligner le fait que le respect de l’autre passe aussi simplement par le fait d’agir sans vouloir nuire.
Ça peut simplement passer par la mise en place de petites expériences comme un framapad collectif, et d’en observer l’évolution quand il est ouvert à de plus en plus de monde.
Le parallèle avec l’open source peut être intéressant, avec la notion de contribution à un édifice plus grand, pour l’améliorer, pas pour le détruire. Je parle de ça par rapport aux quelques expériences de dossier partagé avec mes élèves qui s’est rapidement vu “attaqué” par l’un ou l’autre, avec tous les fichiers supprimés, ou un framapad qui se retrouve blindé d’insultes, etc…

Et pour ne pas être “un prof qui mène son projet dans son établissement” j’avais donc en tête de créer une asso, d’en parler au proviseur et d’envisager de mener ce projet dans une version test, au cours d’une année-pilote, dont les conditions seraient à définir.
Pour ne pas prendre à ma charge personnelle les frais de location de VPS, mais pour également éviter d’être accusé de chercher à me faire du fric sur le dos du libre au sein de mon établissement scolaire, je pensais proposer un devis à mon proviseur, ce qui pourrait également permettre de commencer à acquérir des fonds pour d’éventuelles campagnes ultérieures dans les établissements des environs.

Voilà ma réflexion.
Pourquoi je pose ça là ?
Pour avoir votre avis, éclairé par vos expériences, sur la faisabilité et la pertinence d’un tel projet. Est-ce que ça peut être intéressant ? Est-ce que ça peut s’imbriquer proprement au sein d’un établissement scolaire public français ? Quelle est l’éventuelle dimension politique qui pourrait me tomber dessus sans que je ne le voie venir ? Est-ce que de tels projets existent ?

Point de vue technique
Je pensais à la location d’un bon gros VPS avec une distrib Yunohost installée dessus. Une telle config peut-elle gérer quelques centaines de comptes sans trembler ?

Merci pour vos retours bienveillants, j’ai le cerveau en ébullition et j’ai un peu de mal à prendre du recul sur l’idée.

Je vous souhaite une très belle fin de journée !

1 Like
#2

Bonjour et bienvenue ici :slight_smile:

C’est une excellente idée !
Nous avons déjà plusieurs initiatives en ce sens au sein du collectif :

  • Picasoft, association étudiante à l’Université de Technologie de Compiègne, qui maintient des services pour le grand public mais également pour les élèves de l’université et qui dispensent même des cours sur leurs technos aux élèves (corrigez-moi si je me trompe).
  • Elukerio, association créée par trois étudiants durant leurs années de lycée, qui propose des services au grand public
  • Nous-mêmes (42l), association étudiante à l’école 42 (établissement privé, école d’informatique) : nous organisons des conférences de sensibilisation et proposons des services au grand public et pour les élèves.

L’idée d’avoir un CHATONS qui propose des services à un ou plusieurs établissements scolaires est très pertinente, encore plus si l’initiative est “officialisée” par les établissements en question, même si cela nécessiterait une formation de la part des élèves.

Plus récemment, nous avons eu “La Boîte”, mise en place et maintenue par l’Éducation Nationale : https://apps.education.fr/
Il s’agit d’un ensemble de services libres, alternatifs aux GAFAM. Le fait que cette initiative vienne de l’EN elle-même constitue vraiment un point positif : l’EN n’a plus besoin de recommander les services de Framasoft, ils disposent de leurs propres services, leur propre indépendance, ils ont pris leurs responsabilités.

Leur outil est entièrement libre, de nouvelles instances de ce logiciel semblent se mettre en place dans chaque rectorat.

Ça dépend vraiment des services et du langage dans lequel ils sont écrits.

  • Pour toute appli contenant du nodeJS, Elixir (ex.: Mobilizon) ou encore Ruby on Rails (ex.: Mastodon), compte large en RAM, surtout pour tous les services fédérés.
  • Si tu comptes héberger un PeerTube ou des logiciels de visio (Jitsi ou surtout BigBlueButton) attends-toi à une montée de bande passante.
  • Un Nextcloud (PHP) consomme assez peu pour ce qu’il fait, autant en CPU qu’en RAM. La bande passante peut varier drastiquement si Nextcloud Talk (visioconf) est utilisé.
  • Les services hébergeant des pages statiques (logiciels qui tournent entièrement côté client comme drawio, clients de messagerie instantanée comme Riot), ça ne dépassera pas les 20 Mo de RAM.

Pour gérer plus facilement les coûts, peut-être serait-il envisageable de rayer de ta liste les services les plus consommateurs, le temps de l’expérimentation ? Tu pourrais peut-être même t’en sortir avec un petit VPS à 100e par an et 5-6 services dessus.

Pour le choix de la solution, Yunohost est un choix intéressant mais puisqu’il s’agit d’une plateforme dédiée à l’éducation, peut-être serait-il judicieux d’utiliser La Boîte telle que mentionnée ci-dessus. Voilà les sources : https://gitlab.mim-libre.fr/alphabet/laboite/

Dernière solution, un Nextcloud contient déjà de nombreuses applications qui répondraient aux besoins des élèves et professeurs. Qui plus est, il devrait être facilement connectable à l’annuaire de comptes d’un établissement spécifique (LDAP / Active Directory / …), ce qui pourrait être très intéressant pour les élèves. Pour le Nextcloud seul, un VPS à 4 Go de RAM pourrait suffire pour quelques centaines de personnes à condition de ne pas installer les apps les plus gourmandes.

~N&B

1 Like
#3

Ça m’a l’air très bien comme projet ! :slight_smile:

Son aspect pédagogique envers les jeunes utilisateurs finaux me fait penser au projet de @GautGaut (Tutoriels ou MOOC de migration de GAFAM vers CHATONS pour utilisateur final) qui pourrait à terme s’intégrer dans le MOOC CHATONS : (Tutoriels ou MOOC de migration de GAFAM vers CHATONS pour utilisateur final).

Bien sûr @mathieunicolas, tu connais le MOOC CHATONS et tu le recommandes systématiquement autour de toi ? :wink:

Concernant l’hébergement de services internet, je te conseille vivement de prendre ton VPS chez un FAI éthique proche de chez toi (http://ffdn.org/membres). Cela pour des raisons éthiques (redécentralisation du net) mais aussi pour des raisons pédagogiques : car l’entraide entre les membres y remplace à mon avis avantageusement un SAV « professionnel ».

Personnellement, j’ai deux petites VM chez Grifon en Bretagne. (Bien que j’habite en Normandie… c’est parce que nos travaux pour un FAI normand ne se sont pas encore concrétisés.)

1 Like
#4

Oh, je ne connaissais pas ça ! Je suis époustouflé, c’est génial qu’ils aient mis cette initiative en place !!!

Merci beaucoup pour vos réponses qui m’éclairent beaucoup sur ma réflexion. Je vais reprendre mes notes à la lumière de vos infos, et je reviendrai ajouter quelques éléments ou poser d’autres questions !

Belle journée à vous !

1 Like
#5

Bonjour,

Des solutions techniques, il en existe à la pelle ; pour le cadre juridique, il n’y en a pas beaucoup et mieux vaux savoir où l’on met les pieds surtout avec l’EN :roll_eyes:
En vous lisant, je comprend que vous souhaitez disposer d’une instance à l’extérieur afin de proposer des services à des élèves donc dans un cadre public ?
Par quels moyens allez-vous être en mesure de fournir des logs de connexions si l’utilisation des services est détournée de son but premier ? Parce qu’il ne faut pas se leurrer, on les connaît nos ados (ou pas d’ailleurs) :grinning: Et les logs, on ira voir le responsable afin de les récupérer si ça tourne mal (donc vous).

J’allais évoquer les solutions Eole du Pôle de Compétences de Dijon https://pcll.ac-dijon.fr/eole/ et en parcourant les mentions légales de app education, on remarque que le support niveau 2 leur a été confié.
C’est complet au niveau des modules, facilement intégrable au sein d’un établissement, administré par des gens dont c’est le métier, les listes de diffusion sont riches en échanges et en réactivité.

Dans votre cas, je me rapprocherai de mon référent Dane avec d’évoquer le projet avec lui (ou elle).
Car s’il se trouve, votre établissement est peut-être déjà derrière un pare-feu Amon avec un serveur Scribe pédagogique derrière (c’est le module qui risque de vous intéresser); cerise sur le gâteau, on peut y placer un serveur LTSP (Eclair) afin de recycler de vieilles bécanes :wink: (c’est ce que j’utilise pour les écoles primaires puisque contrairement aux collèges et lycées, elles sont la cinquième roue du carrosse).

Sinon, le prof d’informatique du lycée de ma fille utilise ça : https://www.linuxschools.com/wordpress/2018/05/07/karoshi-server-version-12-0-0/
Vous avez aussi : https://wiki.debian.org/DebianEdu/

En conclusion (et ce n’est bien entendu que mon avis) : l’utilisation d’un chaton dans ce cadre ne me semble pas adaptée. Rien n’empêcherait par contre de fonder une association effectivement.

#6

Pour info YunoHost est maintenant listé dans le socle interministériel : https://sill.etalab.gouv.fr/fr/software?id=179

YunoHost est de plus en plus adapté pour les écoles et autres organisations avec moins de 500 utilisateurs et utilisatrices (il y a des écoles qui l’utilisent déjà).
Dans certains cas le choix peut être de donner accès à des comptes nextcloud sans forcément créer un compte YunoHost par élève.

On (YunoHost via Support Self-Hosting) vient d’ailleurs de remplir aujourd’hui même une demande de subvention pour créer un starter kit permettant la construction de petite plateforme locale et communautaire en un temps restreint.

Concrètement il s’agit de développer certaines fonctionnalités qui concerneraient des chatons de petites tailles (<500 comptes YunoHost), notamment de combler certains manques (mot de passe oublié, différents modes d’inscriptions à l’instance, profiling des performances de SSOwat), d’améliorer la maintenance et l’intégration des paquets d’apps les plus pertinents et opérer une refonte du user portal dans le but de générer un front end qui présente les services ouverts au public sans inscription de l’instance (en gros un espèce de site par défaut qui présente un CHATONS).

Rien n’est gagné puisqu’on vient de demander, mais ça serait bien chouette.

2 Likes
#7

Bonjour et merci pour ton enthousiasme rafraîchissant.

Pour compléter tout ce qui t’a déjà été dit. Je te suggère d’aborder ton projet non pas du point de vue «des services opensources pour nos élèves.» Mais plutôt par celui «de quelles compétences numériques ont ils besoins?»

En effet, ne parler que d’outils fait rapidement oublier que, là comme ailleurs, tes élèves, (et aussi les adultes) sont en manques de compétences numériques et médiatiques. Un bon moyen de se cultiver peut passer par un projet de chaton dans ton établissement.
Du coup, imaginer commencer un état des lieux à l’aide de https://pix.fr/competences aurait du sens et aiderait à construire ton projet pédagogique

Enfin, rajouter une couche d’éthique avec un·e prof de philo* serait bienvenue… car si tu ne fais que parler d’outil «opensource», tu risques de te ramasser un retour sanglant de la part de tes collègues qui souhaiteraient produire des documents «opensource» en utilisant GSuit for education. https://edu.google.com/

Bien à toi.

*NB je crois que la philo a disparu des lycées pro à l’occasion de la dernière réforme…